Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 12:56

Son œuvre puissante et novatrice révolutionne la peinture du Xviiie siècle par son caractère naturaliste, son naturalisme, son réalisme parfois brutal et l'emploi appuyé de la technique du clair-obscure.

La pénitence de Saint Jérôme

Le saint est représenté maigre et musclé, absorbé par son oeuvre de traduction des textes sacrés 

Il connaît la célébrité de son vivant et il influence nombre de grands peintres après lui, comme en témoigne l'apparition du caravagisme.

David avec la tête de Goliath

Le petit garçon qui tien la tête coupée du géant n'a pas l'aspect d'un triomphateur . L'expression du visage semble faite à la fois de tristesse, de pitié et d'horreur.    

Caravage exécuta ce tableau à Naples, où il s'était réfugié après avoir tué un de ses compagnons d'aventures lors d'une bagarre.

Une grave menace pesait sur lui : tous ceux qui le rencontraient étaient autorisé à lui couper la tête. Ce fut donc pas un hasard s'il décida de se présenter lui-même dans le visage de Goliath.

Il obtient un succès foudroyant au début des années 1600 : travaillant dans un milieu de protecteurs cultivés, il obtient des commandes prestigieuses et des collectionneurs de très haut rang recherchent ses peintures.

Narcisse

L'originalité du caravagisme repose sur un réalisme de la représentation, des figures grandeur nature, une lumière incidente récurrente et une force dramatique du clair-obscur où le noir profond inonde la toile. L'œuvre de Caravage, réaliséeen une vingtaine d'années à peine, a subi une évolution remarquable.

Saint Jean Baptiste

Mais Caravage entre dans une période difficile. En 1606, après de nombreux démêlés avec la justice des Etats pontificaux.

Saint Matthieu et l'Ange

Il blesse mortellement un adversaire au cours d'un duel. Il doit alors quitter Rome et passe le reste de sa vie en exil, à Naples à Malte et en Sicile .

Mon oeuvre préférée - La madone de Lorette

Caravage représente Marie et l’enfant sur le pas de sa porte, comme si elle venait de sortir pour accueillir les visiteurs. 
Elle se tient tête penchée vers les visiteurs, sur la pointe des pieds, les jambes croisées et projette son ombre sur l’encadrement de la porte avec beaucoup de noblesse. Ses pieds nus sont la marque de son humilité.La maison n’est évoquée que par les moulures de travertin. Le mur écaillé évoque la pauvreté.
Pas de saints, ni de riches donateurs. L’enfant Jésus, imposant, semble bénir les pèlerins.

L’extraordinaire usage de la lumière donne une vitalité charnelle aux quatre personnages.J’aime en particulier la délicatesse et la douceur du visage de la Vierge, l’expression de l’enfant dans les bras de sa mère. J’aime aussi la profonde humanité du visage de la vieille femme ridée coiffée d’un bonnet déchiré et du vieil homme dont on voit la plante des pieds sale. Caravage traite cette scène religieuse comme une scène de genre très poignante, mais aussi chaleureuse.  

 

 

 

Jeune garçon mordu par un serpent

Jeune garçon portant une corbeille de fruits

Caravage met au premier plan une splendide nature morte dont les fruits sont représentés dans les moindres détails.

 

La mort de la Vierge (1605-1606)

La scène se déroule dans une pièce sombre et austère, ornée d’une tenture rouge.

La profonde spiritualité du tableau provient en partie de l'utilisation de la lumière qui vient frapper le cadavre.

Elle gît sur une couche, simplement vêtue d'une robe rouge.

La tête renversée, le bras gauche pendant, les pieds enflés et écartés, donnent de la dépouille mortelle de la Vierge une vision crue et réaliste. 

Seule la fine auréole révèle le caractère sacré du personnage. 

Les Apôtres réunis autour d'elle sont peu identifiables. 

 

Détail

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article