Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 13:29

ZEN

 La faveur croissante, à l'aloi douteux, dont jouit en Occident depuis la Seconde Guerre mondiale un produit d'importation scellé de l'énigmatique étiquette « zen », ne saurait faire négliger par son étrangeté le déploiement original d'un ancien mode de vivre et de penser connu sous le nom de chan.

 

Pavillon de thé,jardin du musée du Panthéon bouddhique

Le chan est un fruit bouddhiste de la Chine, c'est-à-dire le résultat d'une assimilation par ce grand corps pansu apte à tout avaler, à tout digérer et à tout siniser, plutôt qu'une forme adaptée du bouddhisme indien sous laquelle, en grattant quelque peu, on pourrait reconnaître les traits génériques remodelés par une culture qui s'y serait accordée.

Kyoto,Japon
Maraini Fosco (1912-2004),Pavillon de thé,jardin du musée du Panthéon bouddhique

Jardin du temple Tenryu-ji,Kyoto,Japon
Maraini Fosco (1912-2004)

De tels traits certes sont visibles, mais il semble bien que le génie chinois en ait usé comme de données historiquement référées, comme d'éléments au sein d'un métabolisme. Et ce métabolisme est foncièrement chinois.

Shikan : sanctuaire pour la poésie

Après une expansion considérable et plusieurs fois séculaire suivie d'un déclin progressif nettement accusé au cours du XIXe siècle, le chan est aujourd'hui éteint en Chine. Son dernier maître notable, Xu Yun, disparut en 1959.

Jardin de Heian Jingu,Kyoto,Japon
Maraini Fosco (1912-2004)
Italie,florence,Fratelli Alinari

L'entrée véritable du chan au Japon, sous le nom de zen, date du XIIe siècle. Contrairement à une opinion répandue, il n'y prospère pas ; il y survit.La translation et l'adaptation du chan au Japon ont conféré à l'école un style et des mœurs qu'elle conserve encore, tandis que se poursuivait en Chine, jusqu'à son extinction, la transmission d'une vision du monde, d'une éthique et surtout d'une propédeutique 

Jardin de Heian Jingu,Kyoto,Japon
Maraini Fosco (1912-2004)
Italie,florence,Fratelli Alinari

L'entrée véritable du chan au Japon, sous le nom de zen, date du XIIe siècle. Contrairement à une opinion répandue, il n'y prospère pas ; il y survit.

Pavillon de thé,jardin du musée du Panthéon bouddhique

La translation et l'adaptation du chan au Japon ont conféré à l'école un style et des mœurs qu'elle conserve encore, tandis que se poursuivait en Chine, jusqu'à son extinction, la transmission d'une vision du monde, d'une éthique et surtout d'une propédeutique 

Cette époque (VIIe-IXe s.) fut celle de la suprématie de l'école dite du Sud, ou « subitiste » (cf. infra), éminemment représentée par le sixième et dernier patriarche du chan, Huineng (638-713), et par l'élève et porte-parole de celui-ci, Shenhui, auquel les philologues tendent à attribuer la paternité du texte le plus illustre du bouddhisme chinois, le Tan jing

Shikan : sanctuaire pour la poésie

Etats-Unis,Los Angeles (CA),Los Angeles County Museum (LAC

Partager cet article

Repost0