Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 15:00

 

Les mots cabotage, boussole, latitude, longitude, long cours, lignes des vents, portulan, quadrant, remonter au vent, rose des vents...me font rêver et voyager virtuellement. 

Plus encore les anciennes cartes de navigation du XVe et XVIIIe s.


Les portulans sont des oeuvres d’art qui décrivent les instructions nautiques, les ports, les marées...les symboles des villes, les roses des vents, mais aussi des personnages, des animaux...

Les cartes, (enluminures, dessins, gravures) sont créées à partir des voyages de Marco Polo, de Nicolò de Conti des récits d’autres grands voyageurs qui découvrent les côtes de l’Afrique, de l’Inde, mais aussi à partir d’inventions pures.

On y voit des bêtes sauvages, des chimères, des végétations luxuriantes. Les artistes ont mis au point une iconographie extrêmement codifiée des peuples, des plantes et des animaux.

Ces cartes permettaient aux marins de s’orienter et de faire le point, en reportant sur la carte la distance qu’ils estimaient avoir parcourue.




V44.jpg V8.jpg
L'Atlantique - 1534 - Jorge Reinel - manuscrit sur parchemin Guide de navigation - vers 1590
   
v3.jpg V34.jpg
Carte du Labrador, Fernao Vaz Dourado - 1576
manuscrit sur velin
Planisphère, anonyme, 1502 - manuscrit
   
V45.jpg V2.jpg
 Carte du Brésil et de l'Atlantique sud - Sébastiano Lopes -1565 - manuscrit sur papier  Atlas franco-portugais, anonyme - vers 1538

                       
V33.jpg V5.jpg

Flotte de Pedro Alvares Cabral, Lizuarte de Abreu,

1550, manuscrit colorié à l'encre
   
Mappemonde-en-forme-de-coeur.jpg

 Mappemonde en forme de coeur - 1536 - carte gravée sur bois


Ce sont 
des oeuvres d’art.  

«Le monde est petit, les terres en forment les six septièmes et un septième seulement en est couvert d’eau. La preuve de cela est déjà faite et je l’ai exposé dans d’autres lettres, au moyen de citations de la Sainte Écriture, avec la position du Paradis terrestre » Christophe Colomb


Partager cet article

Repost0

commentaires