Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 16:10

 

J’ai lu et aimé beaucoup de ses livres : La chambre de Jacob, Mrs Dalloway, Orlando, Les vagues, Une chambre à soi, La Promenade au Phare, La Vie de Roger Fry et son journal.

Puis je l’ai abandonnée pour d’autres écrivains et je viens de la retrouver.
 



Extraits de : Journal d’un écrivain - 
Editions Christian Bourgois - 1994


Jeudi 14 mai 1925

«Je suis bien résolu...à entreprendre La Promenade au Phare. Ce sera assez court. Rien ne manquera au caractère de Père. Il y aura aussi Mère, Saint-Yves et l’enfance, et toutes les choses habituelles que j’essaie d’inclure, la vie, la mort, etc. mais le centre, c’est l’image de Père, assis dans un bateau et déclamant : «Nous périmes, chacun pour soi». Ecrire d’abord quelques petites nouvelles, et laisser le Phare mijoter à feux doux, en l’assaisonnant peu à peu entre thé et dîner, jusqu’à ce qu’il soit à point pour être écrit»

 



Samedi 27 juin 1925

«La Promenade au Phare se construit  dans ma tête. «On entendra la mer tout au long du livre»

 



Dimanche 23 janvier 1927

«Léonard (son mari) a lu Promenade au Phare et dit que c’est de loin mon meilleur livre, et que c’est un chef-d’oeuvre. Il me l’a dit sans que je lui demande. Il le qualifie d’extrêmement nouveau et lui a trouvé le nom de «poème psychologique» -»

 



Lundi 21 mars 1927

«Ah, comme certains passage de La Promenade au Phare sont charmants ! Doux, flexibles, et, je crois, profonds, et parfois, pendant toute une page, pas un mot qui ne soit juste. Cela peut s’appliquer au dîner de réception...J’aime la fin» 

 



Promenade au Phare, 
trois parties, trois tempi : La fenêtre - Le temps passe - Le Phare 


James, tout petit, veut aller au phare... 

«OUI, bien sûr, s'il fait beau demain, dits Mrs Ramsay...»

«
Mais, dit son père en s'arrêtant devant la fenêtre du salon, il ne fera pas beau. Si James avait eu à sa portée une hache, un tisonnier... 
»

«Mais, il peut faire beau - je crois qu'il fera beau... dit 
Mrs Ramsay...»

 

J’aime son style très particulier, sa prose policée, sa manière de raconter des histoires. 

Tout y est, éléments autobiographiques, questions philosophiques, préoccupations sociales, peurs, enfance, mort, espoirs, chant d'amour et de joie, et le passage inexorable du temps.

 



 


 

Qui, mieux que Marguerite Yourcenar pour un court portrait - 1937

 

 

« Révolution, cette femme aux clairs yeux bleus, aux imposants cheveux blancs qui évoquent involontairement toutes les comparaisons à qui elle seule pourrait rendre de la fraîcheur, le givre, l'argent et l'auréole, a donc vu se pencher sur son berceau toutes les fées de la littérature anglaise...»


Virginia-Woolf_1939.jpg
   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires