Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 18:00

 

Blaise Cendrars - Venise, le passager clandestin - 1948

 

Je ne souffle mot. Je regarde par la fenêtre Venise. Venise. Reflets insolites dans l’eau de la lagune. Micassures et reflets glissants dans les vitrines et sur le parquet en mosaïque de la Bibliothèque Saint Marc. Le soleil est comme une perle baroque dans la brume plombagine qui se lève derrière les façades des palais du front de l’eau et annonce du mauvais temps au large, crachin, pluies, vents et tempête. Je ne souffle mot.

 

Grand-Canal-Monet.jpg

 

              Monet - Le grand canal - Venise 1908
   

 

Claudie Gallay - Seule Venise - 2006


Des ponts, il y en a, mais pas tant que çà. Surtout des palais, des gondoles aussi mais à quai à cause du froid.

San Marco. Je descends. La place, déserte. 

Immense parce que nue.

Les dalles mouillées comme s’il avait plu.

L’eau suinte entre les pierres, autour, partout.

C’est l’aqua alta, ce qui reste des montées de la nuit.

 

Michel Mohrt - Les dimanches de Venise - 1996


Venise est secrète. Chaque année elle me réserve des surprises. Les revivre me procure un peu de joie qui me possède quand je me lance à la recherche d’une vue qui m’inspire, tournant en rond, revenant sur mes pas, repassant devant la même  église, me trompant de direction alors que je me flatte d’avoir le sens de l’orientation.

 

 

   
claude-monet-gondoles-venise-1.jpg

Hippolyte Taine - A Venise - 1864 

 

Quand on se rappelle les sales rues de Rome et de Naples, quand on pense aux rues sèches,
étroites de Florence et de Sienne, quand ensuite on regarde ces palais de marbre, ces ponts de marbre, ces églises de marbre, cette superbe broderie de colonnes, de balcons,de fenêtres, de corniches gothiques, mauresques, byzantines et l’universelle présence de l’eau mouvante et luisante, on se demande pourquoi on n’est pas venu ici tout de suite... 

               Monet -  Gondoles à Venise - 1908

 
   

Carte-de-Venise-1572.jpg 

Tiziano Scarpa - Venise est un poisson - 2009

 

Venise est un poisson. Regarde-la sur une carte géographique. Elle ressemble à une sole colossale allongée sur le fond.
Comment se fait-il que cet animal prodigieux ait remonté l’Adriatique et soit venu se terrer
précisément ici ?


Venise est une tortue : sa carapace de pierre est
faite de roches grises de trachyte qui pavent
les rues. C’est de la pierre qui vient d’ailleurs...
presque tout ce que tu vois à Venise vient
d’un autre lieu, a été importé ou négocié, sinon razzié.

 Carte de Venise -1572  
   

 

Paul Morand - Venise - 1971

 

Parfois, je cherche à me faire saigner, en m’imaginant que Venise meurt avant moi, qu’elle s’engloutit, n’ayant finalement rien exprimé, sur l’eau, de sa figure. S’enfonçant, non pas dans des abîmes, mais de quelques pieds sous la surface ; émergeraient ses cheminées coniques, ses miradors, où les pêcheurs jetteraient leur ligne, son campanile, refuge des derniers chats de Saint-Marc.


sT-GIORGIO-mAGGIORE-petit-matin-1879.jpg
 

Turner San Giorgo Maggiore - Petit matin -1819

   

Marcel Proust  - La fugitive (Albertine disparue) 1925


Tout à coup, au bout d’une des ces petites rues, il semble que dans la matière cristallisée se soit produite une distension. Un vaste et somptueux campo à qui je n’eusse assurément pas, dans ce réseau de petites rues, pu deviner cette importance, ni même trouver une place, s'étendait devant moi, entouré de charmants palais, pâle de claire de lune...Le lendemain, je partais à la recherche de ma belle place nocturne, je suivais des calli, qui se ressemblaient toutes et se refusaient à me donner le moindre renseignement, sauf pour m’en égaraient mieux. 

Boudin-quai-de-la-Giudecca-1895.jpg
               Eugène Boudin - Le quai de la Giudecca - Venise - 1895
   
Monet palazzo da Muleta.jpg
Henri de Régnier - Récits Vénitiens

 

Derrière nous, la lagune étendait ses eaux
brumeuses et crépusculaires d’où montait une
odeur à la fois saline et limoneuse.
Devant nous, les premières lumières s’allumaient
aux lanternes et aux façades des vieux palais des deux rives, si pittoresques en leur décrépitude populeuse et vivante. 
Monet - Palazzo da Mula -1908  
 

...

De Saint-Georges-Majeur, de Saint-Georges-des-Grecs, de Saint-Georges-des-Esclavons, de Saint-Jean-en-Bragora, de Saint-Moïse, de la Salute, du Rédempteur, et, de proche en proche, par tout le domaine de l’Evangéliste, jusqu’aux tours lointaines de la Madonna dell’Orto, de Saint-Job, de Saint-André, les voix de bronze se répondirent, se confondirent en un seul chœur immense, étendirent sur le muet amas des pierres et des eaux une seule coupole immense de métal invisible dont les vibrations atteignirent le scintillement des premières étoiles... 

Venise-LaDogana_1938_NC.jpg

Gabriele D'Annunzio-Le feu roman de la Grenade - 1908

Raoul Dufy Venise - La Dogana - 1938

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires