Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 18:22

 

Lucrezia-Panciatichi.jpg 

Elle a été peinte par Agnolo Bronzino vers 1540. Elle est l'épouse d’un académicien florentin.

 

Elle nous regarde sans nous voir, elle ne dévoile pas ses pensées. 

Son visage et son cou sont très longs «à la manière» des codes de l’époque.

 

Il y a un contraste très fort entre sa peau marmoréenne et la luxuriance des couleurs de son vêtement. Les étoffes sont précieuses et la lumière met en valeur robe.

 

Ses longs doigts touchent délicatement un livre de prières. Sur le pendentif de son collier de perles sont inscrits «Amour dure sans fin»

 

 

Cette femme mystérieuse me fascine, comme elle a fasciné Henry James qui en a fait un portrait dans son roman «Les ailes de la colombe».



 

Pietro Bembo - Rimes - 1522

 

Cheveux bouclés d’or et d’ambre clair et pur,

Qui sur la neige au vent volent et ondulent,

Yeux doux et lumineux plus que le soleil,

A faire un jour serein de la nuit plus obscure,

Sourire, qui apaise toute peine âpre et dure,

Rubis et perles émettant des paroles

Si suaves que l’âme n’espère aucun autre bien,

Main d’ivoire qui emporte et ravit les coeurs,

Chants pareils à une divine harmonie,

Esprit de maturité à l’âge le plus vert,

Elégance inouïe jamais vue ici-bas,

Suprême beauté, suprême honnêteté,

Telle fut l’étoupe de mon feu, et en vous il y a

Des grâces qu’offre à bien peu le ciel généreux.

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans Petits riens
commenter cet article

commentaires