Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 07:00

Marguerite Yourcenar

La Couronne et la Lyre
Poèmes traduits du grec (VIIe S. av. JC)
ed. Gallimard 1979 

Danseuse-1s-bc.jpg

Sappho de Lesbos 

 

Fragment de chanson


...Ma mère, ô tendre mère, ô ma mère indulgente,

Je n’ai rien filé, je n’ai plus rien tissé,

Car j’aime un beau jeune homme et mon coeur est blessé.

 

 

...Innocence, tendre vertu,

Mon innocence, où donc es-tu ?


Partie, emportée, envolée,

 jamais je m'en suis allée...

 Danseuse 1e av. Jc  

 

Solon, un des sages de la Grèce

 

Les années d’une vie

 

Sept. L’enfant perd ses dents et d’autres les remplacent

Et son esprit s’accroît. Sept ans encore se passent

Et son corps florissant se prépare aux amours.

Trois fois sept : sa vigueur va grandissant toujours

Et sur sa fraîche joue un blond duvet se lève.

Sept encore : il est mûr pour les travaux du glaive ;

Son esprit et son corps sont tous deux accomplis.

Cinq fois sept : il est temps que vers de justes lits

Il tourne sa pensée et choisisse une femme.

Vivre, penser, combattre, obtenir, s’efforcer ;

Aux biens trop éloignés, au but peu accessible,

Content dorénavant de jouir du possible.

Sept fois sept, huit fois sept : son aisance est suprême ;

Il s’impose à autrui, il se connaît soi-même ;

Neuf fois sept : tout en lui a gardé sa fierté,

Mais sa voix au conseil est désormais moins sûre,

Il sent diminuer sa vieille autorité.

Dix fois sept : de la vie il a pris la mesure :

Il va pouvoir dormir avec sérénité.


 

Sophocle

 

Puissance de l’amour

 

L’amour, ô doux enfants, n’est pas rien que l’amour.

On l’adore partout sous mille noms divers.

Il est la Mort, il est la Force impérissable,

Et la Démence, et le Désir inguérissable.

Il est la Plainte. Il est activité et calme,

Et violence...Et en tout lieu, dans l’univers,

L’âme vivante et respirante le reçoit

Et se soumet, aussi bien le poisson qui erre

Dans l’océan, que la quadrupède sur terre ;

Pour les oiseaux, et pour la bête carnassière,

Pour l’homme, pour les dieux immortels, il est Loi.

Quel lutteur devant lui n’a mordu la poussière,

Fût-il divin ? S’il est permis, comme cela se doit,

De dire ce qui est, il dompte Zeus lui-même,

Sans se servir du glaive... chaque stratagème

De l’homme, à chaque plan des dieux, il fait échec.

     
     
Marble-grave-stele-of-a-little-girl-ca.-450-440-B.C-jpg

Lucien de Samosate

Epitaphe d'enfant

Je n'avais que cinq ans et la mort vint me prendre.
Ne pleurez pas : j'étais sans crainte aucune.
J'ai peu vécu, c'est vrai, mais m'en vais
sans apprendre l'humain mensonge et l'humaine infortune.

 

 

Les objets, les couleurs, les sons,
Tout passe...

Ou plutôt nous passons.



Stèle d'une petite fille Ves. av. JC  

Douce gravité de cette petite fille qui dit adieu à ses pigeons.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires