Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 14:23

 

titre-pro.jpg 

 

Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France - Dédiée aux musiciens - Paris 1913 -

Nrf - Poésie/Gallimard

 

L’un de mes poèmes préférés

 

Ce poème-tableau de Blaise Cendrars est signé par lui-même et illustré et signé par Sonia Delaunay. 

 

Il aime parler russe avec Sonia.
Il discute d'un grand projet : traduire en couleurs le rythme et l'émotion du poème auquel il travaille et lui invente forme et typographie inédites.

 

De leur collaboration naît «La prose de du Transsibérien»

 

Ensemble, ils choisissent les caractères et le fond du poème pour l’harmoniser avec l’illustration.
Les couleurs des caractères jouent avec celles des peintures.

 

 

Sonia Delaunay a relu «A noir, E blanc I rouge, U vert, O bleu » d'Arthur Rimbaud.
Elle pense qu'il y a une correspondance entre les sons et les couleurs.

 

Les couleurs guident le lecteur, sa poésie reflète son humeur. 


Nous sommes à la veille de la Grande Guerre. 

La compagne de voyage de Cendrars est Jeanne, une jeune prostituée. 

Il décrit en particulier les souvenirs fragmentés de son enfance à Paris et imagine des voyages dans des paradis tropicaux.

Quelques passages choisis...

 


 

En ce temps-là j'étais en mon adolescence

J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance
J'étais à seize mille lieues du lieu de ma naissance
J'étais à Moscou, dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares
Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille
et trois tours
Car mon adolescence était si ardente et si folle
Que mon cœur, tour à tour, brûlait comme le temple

d' Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou
Quand le soleil se couche.

Et mes yeux éclairaient des voies anciennes.
Et j'étais déjà si mauvais poète
Que je ne savais pas aller jusqu'au bout.

Le Kremlin était comme un immense gâteau tartare
Croustillé d'or,

Avec les grandes amandes des cathédrales toutes blanches
Et l'or mielleux des cloches...
Un vieux moine me lisait la légende de Novgorode
J'avais soif

Et je déchiffrais des caractères cunéiformes
Puis, tout à coup, les pigeons du Saint Esprit
s'envolaient sur la place
Et mes mains s'envolaient aussi, avec des bruissements d'albatros
Et ceci, c'était les dernières réminiscences du dernier jour
Du tout dernier voyage
Et de la mer.

 

Moi, le mauvais poète qui ne voulais aller nulle part, je pouvais aller partout...

Prose du Tanssibérien

 

«Blaise, dis, sommes-nous bien loin de Montmartre?»


Nous sommes loin, Jeanne, tu roules depuis sept jours

Tu es loin de Montmartre, de la Butte qui t’a nourrie du Sacré-Coeur contre lequel tu t’es blottie...


«Dis, Blaise,sommes-nous bien loin de Montmartre?»
 

Les inquiétudes
Oublie les inquiétudes...


«Dis, Blaise,sommes-nous bien loin de Montmartre?»


Mais oui, tu m’énerves, tu le sais bien, nous sommes bien loin

La folie surchauffée beugle dans la locomotive

La peste comme le choléra se lèvent comme des braises ardentes sur notre route...


 

SIBR.jpg

«Blaise, dis, sommes-nous bien loin de Montmartre?»


J’ai pitié j’ai pitié viens vers moi je vais te conter une histoire

Viens dans mon lit

Viens sur mon coeur

Je vais te conter une histoire...


Oh viens ! viens !


Aux Fifji règne l’éternel printemps

La paresse

L’amour pâme les couples  dans l’herbe haute..

 

 

PRB2.jpg

Ô Paris

Grand foyer chaleureux avec les tisons entrecroisés de

tes rues et tes vieilles maisons qui se penchent au-dessus et se réchauffent

Comme des aïeules

Et voici des affiches, du rouge du vert multicolores comme mon passé bref, du jaune

Jaune la fière couleur des romans de la France à l'étranger.

J'aime me frotter dans les grandes villes aux autobus en marche.....

Et boire des petits verres

Puis je rentrerai seul

Paris

 

Ville de la Tour unique...

 

Prose-syn.jpg

              ...

            

A-t'il vraiment pris le Transsibérien ? Sa réponse «qu'importe puisque je vous l'ai tous fait prendre» 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires

louis 27/01/2016 14:51

bonjour !

les contrastes simultanés et toutes les recherches chromatiques des époux Delaunay ont également passionné Olivier Messiaen, qui possédait dans sa maison de Petichet dans l’Isère des objets d’art qui lui venaient de Sonia.

Alors il me fait plaisir de réunir ces artistes en rapprochant deux oeuvres puissamment colorées…
cordialement LL

https://www.youtube.com/watch?v=-9ryoq3vVQM

https://www.youtube.com/watch?v=wXYAyyqNrPw