Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 10:00

158 pierres de la collection de pierres de Roger Caillois sont exposées dans le Palais Encyclopédique de la Biennale de Venise.

 

 

«Je parle de pierres qui ont toujours couché dehors ou qui dorment dans leur gîte et la nuit des filons. Elles n'intéressent ni l’archéologue ni l’artiste ni le diamantaire. Personne n’en fit des palais, des statues, des bijoux..Leurs facettes ne brillent sur aucun anneau, sur aucun diadème... 

 Elles sont du début de la planète, parfois venues d'une autre étoile. Elles portent alors sur elles la torsion de l'espace comme le stigmate de leur terrible chute. Elles sont d'avant l'homme; et l'homme, quand il est venu, ne les a pas marquées de l'empreinte de son art ou de son industrie. Il ne les a pas manufacturées, les destinant à quel usage trivial, luxueux ou historique.»

Pierres2.jpg Caillois3.jpg
   

«Elles ne perpétuent que leur propre mémoire....Elles sont demeurées ce qu'elles étaient, parfois plus fraîches et plus lisibles, mais toujours dans leur vérité : elles-mêmes et rien d'autre.... Je parle des pierres plus âgées que la vie et qui demeurent après elle sur les planètes refroidies, quand elle eut la fortune d'y éclore.»

 

caillois4.jpg Caillois9.jpg
   

«Je parle des pierres qui n'ont même pas à attendre la mort et qui n'ont rien à faire que laisser glisser sur leur surface le sable, l'averse ou le ressac, la tempête, le temps.»

Caillois6.jpg Caillois92.jpg
 

«...L'homme leur envie la durée, la dureté, l'intransigeance et l'éclat, d'être lisses et impénétrables et entières même brisées. elles sont le feu et l'eau dans la même transparence immortelle...»

 

 

Caillois3-copie-1.jpg «L'image, souvent est presque abstraite. Elle tient ses meilleurs pouvoirs d'une géométrie élémentaire : celle du cercle...du centre figés en leur fuite immobile, d'élancent en effet des cercles nets, de largeurs inégales, aux couleurs franches qui semblent en publier le spectre. Un délicat liserai orangé les sépare à leur tout d'un large diadème extérieur d'améthyste à la fois rayonnante et nocturne.»
Agate oeillée - détail -  

 

Roger Caillois - Pierres - Ed. Poésie Gallimard

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires