Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 09:00


Il est connu sous le nom de Guillaume Apollinaire (1880-1918) - poète, conteur, dramaturge, chroniqueur, critique d'art - 

 

Son oeuvre comporte deux grands recueils Alcools et Calligrammes, les plaquettes du Bestaire et Vitam impendere, mais aussi de nombreux poèmes rassemblés sous le titre de Il y a, Ombre de mon amour intitulés Poèmes à Lou...(Geneviève Marguerite Marie-Louise de Pillot de Coligny). Il entretient avec elle un longue correspondance ( 220 lettres et 76 poèmes, souvent incrustés dans les lettres)


Sa devise : «J’émerveille»

 

47-000319-02 

Portrait de Guillaume Apollinaire - Giorgio de Chirico - 1914 (au fond du tableau - vue de côté)

 

Calligramme ?  
Poème dont les vers sont disposés de façon à former un dessin évoquant le même objet que le texte.

Pour Apollinaire, le calligramme remonterait à l’antiquité grecque et romaine.
Il associe comme dans les oeuvres japonaises, la lettre, la pensée et l’idée.

Il réinvente une nouvelle forme expressive, un jeu, une provocation. Ses poèmes sont construits sur des phrases banales, des bouts de conversation, que la forme magnifie.

 

 

       Le pont Mirabeau

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
        Et nos amours
   Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine.


        Vienne la nuit sonne l’heure
        Les jours s’en vont je demeure.


Les mains dans les mains restons face à face,
         Tandis que sous
    Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l’onde si lasse.

       

       Vienne la nuit sonne l’heure
        Les jours s’en vont je demeure

L’amour s’en va comme cette eau courante,
        L’amour s’en va
    Comme la vie est lente,
Et comme l’Espérance est violente


     Vienne la nuit sonne l’heure,
      Les jours s’en vont je demeure


Passent les jours et passent les semaines,
      Ni temps passé
  Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

      Vienne la nuit sonne l’heure
       Les jours s’en vont je demeure.

(Alcools 1913)

Zone.jpg          
  Zone est le poème de la déambulation à travers les rues
de la mémoire

Poèmes à Lou - XXI  
IL Y A

 

Il y a des petits ponts épatants

Il y a mon coeur qui bat pour toi

Il y a une femme triste sur la route

Il y a un beau petit cottage dans un jardin

Il y a six soldats qui s’amusent comme des fous

Il y a mes yeux qui cherchent ton image

 

Il y a un petit bois charmant sur la colline

I y a un poète qui rêve au petit Lou

Il y a un ptit Lou exquis dans ce grand Paris

...

Il y a ma vie qui t’appartient

Il y a mon porte-plume réservoir qui court qui court

Il y a un rideau de peupliers délicat délicat

Il y a tout ma vie passée qui est bien passée

...

Il y a mon amour
Il y a toute la vie

Je t’adore

 



coeur-couronne.jpg 

 

            Coeur couronne et miroir

Il Pleut

 

Il pleut des voix de femmes comme si elles étaient mortes même dans le souvenir.
c’est vous aussi qu’il pleut, merveilleuses rencontres de ma vie. ô gouttelettes ! 
et ces nuages cabrés se prennent à hennir tout un univers de villes auriculaires
écoute s’il pleut tandis que le regret et le dédain pleurent une ancienne musique 
écoute tomber les liens qui te retiennent en haut et en bas

 

 


app3.gif                     
                       Il pleut

La grâce exilée      

 

Va-t-en va-t'en mon arc-en-ciel    
Allez-vous-en couleurs charmantes
                
Cet exil t'est essentiel    
Infante aux écharpes changeantes
     
Et l'arc-en-ciel est exilé
   
Puisqu'on exile qui l'irise
   
Mais un drapeau s'est envolé
   
Prendre ta place au vent de bise.

 

 

omega.jpg 
              Du coton dans les oreilles


C'est Lou qu'on la nommait

   

    Il est des loups de toute sorte
    Je connais le plus inhumain
    Mon cœur que le diable l'emporte
    Et qu'il le dépose à sa porte
    N'est plus qu'un jouet dans sa main

    Les loups jadis étaient fidèles
    Comme sont les petits toutous
    Et les soldats amants des belles
    Galamment en souvenir d'elles
    Ainsi que les loups étaient doux

    Mais aujourd'hui les temps sont pires
    Les loups sont tigres devenus
    Et les Soldats et les Empires
    Les Césars devenus Vampires
    Sont aussi cruels que Vénus

    J'en ai pris mon parti Rouveyre
    Et monté sur mon grand cheval
    Je vais bientôt partir en guerre
    Sans pitié chaste et l'œil sévère
    Comme ces guerriers qu'Épinal

    Vendait Images populaires
    Que Georgin gravait dans le bois
    Où sont-ils ces beaux militaires
    Soldats passés Où sont les guerres
    Où sont les guerres d'autrefois


paysage.jpg          
              Paysage

Le chat

Je souhaite dans ma maison :
Une femme ayant sa raison,
Un chat passant parmi les livres,
Des amis en toute saison
Sans lesquels je ne peux pas vivre.

chat.jpg

 

Apollinaire connaissait parfaitement bien le Moyen-Age.
Il a créé un bestiaire. Et à 
chaque animal, il a rattaché un symbole.
Bois gravé par Raoul Dufy.
 

 

L’adieu

J’ai cueilli ce brin de bruyère

L’automne est morte souviens-t’en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t’attends

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires