Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 07:22

Apollinaire - 10 mars 1910 - chroniques d'art - Exposition Bonnard


«J’aime beaucoup la peinture de Monsieur Bonnard. Elle est simple, sensuelle, spirituelle dans le meilleur sens du mot et, je ne sais pourquoi, me fait penser à une petite fille gourmande»
 

 

Pierre Bonnard est l’un des peintres les plus importants de la première moitié du XXe s. et l’un des plus grands coloristes de la peinture occidentale.

Il a été un des représentants du nabisme, puis il a évolué vers une peinture personnelle.

 

Vers 1850 la réouverture des ports japonais au commerce avec l'Occident, (l’Europe et les Etats Unis), entraine une immense diffusion de la culture japonaise qui donne le jour «au japonisme».

 

Des rapports étroits unissaient Pierre Bonnard à l'Art nouveau japonisant promu par Siegfried Bing (marchand d'art oriental et organisateur d'expositions d'estampes et de paravents japonais.)

 

Les nabis ouverts aux influences du Japon créent dans les années 1890 des paravents et Pierre Bonnard s'intéresse à la forme de ces paravents.

 


      

Les femmes au jardin - 1891


Une suite de panneaux décoratifs.

Ils symbolisent sans doute les quatre saisons.

Les femmes se découpent en des silhouettes aplaties. Leurs robes sont représentées sous la forme de damiers. Du mauve et blanc, du rouge bordeaux et blanc, du vert intense...

Sur le fond  des tableaux des hachures vertes, de grosses fleurs sombres...

 

Bonnard10.jpg
 

 

Ensemble champêtre - vers 1894

A l'origine Pierre Bonnard crée un panneau de quatre feuilles démembré par la suite.

En fait trois panneaux «Ensemble champêtre» et un tableau «L’enfant au pâté de sable.»

 

L’enfant au pâté de sable : Un enfant (son neveu) accroupi, serein, joue avec un saut de sable dans un long espace étroit devant une maison aux tons ocres, et un oranger en pot. Ce tableau est très proche des peintures japonaises. En particulier la blouse et le béret aux formes et couleurs très japonisantes.

 

bonnard--copie-1.jpg
l-enfant-au-pate-de-sable.jpg
   

 

Promenade des nourrices, frise des fiacres paravent à quatre feuilles - 1897

 

En 1894, il écrit à sa mère : «J'exécute un paravent .... C'est la place de la Concorde où passe une jeune mère avec ses enfants, des nounous, des chiens et en haut, faisant bordure, une station de fiacres, le tout sur un fond blanc écru qui rappelle tout à fait la place de la Concorde quand il y a de la poussière et qu'elle ressemble à un petit Sahara».

 

promenades-des-nourrices.jpg

 

Partie supérieure, une courte frise de fiacres attelés à des chevaux.

Panneau de droite : silhouettes d’une femme et de trois enfants jouant au cerceau accompagnés d’un chien.

Panneau de gauche : trois nurses. 

Bonnard-detail.jpg Bonnard2-detail.jpg
            

 

De toutes ses oeuvres une intense poésie se dégage. 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires