Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 19:32

 


...Paris...Bleue et verte, encre et goudron, ses arêtes blanchies aux étoiles

Pas un bruit. Pas un passant... 
C'est ainsi que tous les soirs je traverse tout Paris à pied
Des Batigolles au Quartier Latin comme je traversais les Andes
Sous les feux de nouvelles étoiles, plus grandes et plus consternantes,
La Croix du Sud plus prodigieuse à chaque pas que l'on fait vers elle émergeant de l'ancien monde
Sur son nouveau continent.

Blaise Cendrars



«Paris ! Voilà Paris !

Longtemps je me rappellerai ce bout de trottoir  du boulevard de Clichy, cette faible lumière d’été, comme d’un été remémoré ou décrit, non pas véritable, et les couleurs, le trafic, les devantures des cafés (cinquante cafés à peu près sur le seul boulevard de Clichy) et la verte procession des arbres, la troupe des nuages, desquels pleut sur toute chose, en même temps que les rayons du soleil, une musique de joie, de malaise, d'espérance confuse et obstinée. Couleurs, couleurs, couleurs. Foule, foule, foule... Café, pain, vin  de Provence, rosé, et assiettes en carton pleine de frites croustillantes. Ce sont les premières saveurs de Paris. Mais les saveurs ne suffisent pas, il y a les odeurs : odeur d’asphalte, de pluie, de pierre...odeur de livre, d’imprimerie... et puis aussi odeur de théâtre, de soif, de plumes...»



          Nord-sud-Gino-Severini-1913.jpg
Anna-Maria Ortese - Le murmure de Paris - 1986  Nord-sud Gino Severini -1913
   


«Il y a toute sorte de gris, il y a le gris plein de rose qui est un reflet des deux Trianons. Il y a le gris bleu qui est un regret du ciel. Le gris beige couleur de la terre la Herse. Le gris du noir au blanc dont se patinent les marbres. Mais il y a un gris sale, un gris terrible, un gris jaune tirant sur le vert, un gris pareil à la poix, un enduit sans transparence, étouffant, même s’il est clair, un gris destin, un gris sans pardon, le gris qui fait le ciel terre à terre, ce gris qui est la palissade de l’hiver, la boue des nuages avant la neige, ce gris à douter des beaux jours, jamais et nulle part si désespérant qu’à Paris...» 

 



Vue-de-Paris-1886-Van-Gogh.jpg
Louis Aragon - Aurélien - 1945   Vue de Paris - Van Gogh -1886
   

«En descendant la rue, je dépassai le lycée Henri-IV et la vieille église Saint-Etienne-du-Mont et la place venteuse du Panthéon, tournai à droite, en quête d’un abri et finalement parvins au boulevard Saint-Michel, sur le trottoir protégé du vent, et je poursuivis mon chemin, descendant au-delà de Cluny, traversant ensuite le boulevard Saint-Germain, jusqu'à un bon café, connu de moi, sur la place Saint-Michel. C’était un café plaisant, propre et chaud...»

 

 

Saeki-Y-z--Restaurant-au-Reveil-Matin-1927.jpg

Ernest Hemingway - Paris est une fête - 1964

          Saeki-Yùzo - Restaurant Au Reveil Matin - 1927


 

 

 

«Je connais tellement, pour l’avoir faite cent fois, la promenade qui berce le marcheur du quai du Point-du-jour au quai des Carrières à Charenton, ou celle qui tout jeune, me poussait du quai d’Ivry au quai d’Issy-les-Moulineaux, que j’ai l’impression d’avoir un sérieux tout du monde sous mes talons. Ces seuls noms : Orsay, Mégisserie, Voltaire, Malaquais, Gesvres, aux Fleurs, Conti, Grands-Augustins, Horloge, Orfèvres, Béthune et place Mazas me suffisent comme Histoire et Géographie.»

 



vlamink.jpg

Sur les quais - Le Piéton de Paris - Léon Paul Fargue - 1932

Pont de Chatou - Vlamink - 1930


 

«Ce ciel de Paris est plus pur qu’un ciel d’hiver lucide de froid

Jamais je ne vis de nuits plus sidérales et plus touffues que ce printemps

Où les arbres des boulevards sont comme les ombres du ciel...

Un nénuphar sur la Seine, c’est la lune au fil de l’eau

La Voie Lactée dans le ciel se pâme sur Paris et l’étreint»

 



Pont Royal Paris 1897 childe Hassam

Au coeur du monde - fragment retrouvé - Blaise Cendrars -1929

Pont Royal - Childe Hassam - 1897

 

 

 

«Je connais tellement, pour l’avoir faite cent fois, la promenade qui berce le marcheur du quai du Point-du-jour au quai des Carrières à Charenton, ou celle qui tout jeune, me poussait du quai d’Ivry au quai d’Issy-les-Moulineaux, que j’ai l’impression d’avoir un sérieux tout du monde sous mes talons. Ces seuls noms : Orsay, Mégisserie, Voltaire, Malaquais, Gesvres, aux Fleurs, Conti, Grands-Augustins, Horloge, Orfèvres, Béthune et place Mazas me suffisent comme Histoire et Géographie.»

 

 

 

 

Pont Neuf 1902 Camille Pissarro

Sur les quais - Le Piéton de Paris - Léon Paul Fargue- 1932

      Pont Neuf - Camille Pissarro - 1902
   

 

 

«On est Parisien comme on est spirituel, comme on est bien portant, - sans s’en apercevoir. Le vrai Parisien n’aime pas Paris, - mais il ne peut vivre ailleurs... Le Parisien souvent médit Paris, - mais il ne s’en éloigne jamais pour bien longtemps...

 

 


Paris-par-la-fenetre-Chagall-1913.jpg

 Alphonse Karr - le Diable à Paris - 1845

Paris par la fenêtre - Chagall-1913.

 

 

 

 

 

«Je suis le dauphin de la place Dauphine

Et la place Blanche a mauvaise mine

Les camions sont pleins de lait

Les balayeurs dont plein de balais

Il est cinq heures, Paris s’éveille, Paris s’éveille...»

 

 


Blue-Store-Window1930-Petar-Lubarda.jpg

Jacques Dutronc - Jacques Lanzmann 1968

Magasin bleu - 1930 - Petar Lubarda

 

 

 

 

 

 

«J'aime flâner sur les grands boulevards

Y a tant de choses, tant de choses

Tant de choses à voir

On n'a qu'à choisir au hasard

On s'fait des ampoules

A zigzaguer parmi la foule

J'aime les baraques et les bazars

Les étalages, les loteries

Et les camelots bavards

Qui vous débitent leurs bobards

Ça fait passer l'temps

Et l'on oublie son cafard...»

 


 

Paris-jour-de-Pluie-Caillebotte-1877.jpg

Les Grands Boulevards - Yves Montand

Paris jour de Pluie - Caillebotte -1877

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires