Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 16:50

 

Paolo Uccello (1397-1475) fut l'un des plus grands peintres de la Renaissance italienne en particulier grâce à ses études sur la perspective qui ont marqué l’art européen.

On dit que la découverte de la perspective avait bouleversé Uccello et qu’il passait des journées et des nuits à dessiner des objets en raccourci.

Uccello disait « Quelle douce chose cette perspective»

 



Un tableau : La Bataille de San Romano vers 1456


Ce tableau a été commandé par la famille Salimbeni. Le patriarche Léonardo avait participé à cette bataille entre les florentins et les siennois en 1432. Cette bataille donne la victoire aux florentins sur les siennois.

Ce tableau peint huile sur bois a été divisé en trois.

Le premier panneau est à Londres, le second est à Paris au musée du Louvre, le troisième est à Florence.

 

Trois épisodes d’une bataille 

Premier Panneau - National Galerie

Bataille.jpg
 corps-en-perspective.jpgGuerrier gisant, juste au dessus

 

Il représente Niccolò da Talentino à la tête de ses troupes contre Sienne. Début des hostilités, il est sur son cheval blanc et dirige ses troupes vers la droite. 


Deuxième panneau - Musée du Louvre

Paolo_Uccello.jpg
detail3.jpg

 

La contre-attaque décisive de Micheletto Attendolo da Cotignola Les renforts arrivent de droite à gauche. Un seul personnage est à visage découvert, le condottiere Micheletto Attendolo de Cotignola. Il est au centre du tableau sur son cheval noir cabré. Sur sa droite des soldats dans leurs riches armures, attendant des ordres. Des lances verticales, obliques.

 

Troisième panneau - Galerie des Offices - Florence

Uccello.jpg
Detai2l.jpg

 

Micheletto Attendolo de Cotignola, allié des florentins vient à l'aide de Nicolas de Tolentino avec une autre garnison de soldats, arrivant de l'autre côté de la gauche. 

Le chef siennois Bernardo della Ciarda est désarçonné par le chef florentin. Fin des combats.

 



Plus que l'histoire, ce sont les couleurs vives presque abstraites avec des effets extraordinaires dus à l’emploi de feuilles d’argent et d’or sur les armures (peu visibles sur les photos) et les décorations des chevaux qui attirent mon attention.

Mais aussi, la profondeur suggérée par les volumes des corps et la luxuriance des costumes.

 

Grande maîtrise des volumes et de la perspective jusqu'aux lances brisées éparses sur le sol disposées de telle sorte qu’elle converge vers le même point de fuite.

Un cauchemar muet...



Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires