Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 08:00

Il avait la passion de la peinture, mais surtout celle de la couleur. 

Elle est née en 1901, lors d’une exposition consacrée à Vincent Van Gogh.
Puis lors de ses voyages au sud de la France, en Corse.

Collioure a représenté pour lui «le courage de retrouver la pureté et la simplicité des moyens»

Son parcours l’a porté du volume à la couleur à laquelle il resta fidèle.

Il découvre la luminosité et l’intensité du paysage méditerranéen Algérie, Tunisie.

Sa passion pour la couleur se fonde avec celle de la ligne arabesque qu’il découvre en Algérie, d’où il rapporte des tissus, des tapis qui apparaitront dans ses oeuvres.

Gertrude Stein écrivaine et collectionneuse américaine :  


«Matisse applique cette déformation systématique du dessin de la même façon qu’en musique on utilise les dissonances, en cuisine le vinaigre ou le citron, ou comme on filtre le café avec une coquille d’oeuf»


   

bouquet veranda
Le bouquet sur la véranda 1912-1913 - Tanger

 

«La lumière est tellement douce, c’est tout autre chose que la Méditerranée» Henri Matisse


Des couleurs tendres, bleu, gris, blanc.
Le tableau semble léger. 


 

 Vase d'iris.jpg

Vase d'iris - vers 1912

 

Il peint ce tableau au Maroc.
Les ombres noires et épaisses donnent aux formes des rondeurs volumineuses.
Les tons sont proches des couleurs réelles.
Des nuances de rouille qui font penser à l'acajou, des veines de marbre, des iris jaunes et lilas...

 

 

 

 

Bouquet à deux anses.jpg




Bouquet - vase à deux anses - 1907

 

Un bouquet de fleurs fraîches se dresse sur une table.

Une combinaison de couleurs pures.

 

La fraîcheur du bleu dans la partie centrale du tableau introduit une profondeur.  
Une combinaison de rouge, d'or, de jaune orangé porteur de lumière. 

Une scène d'intérieur sans ombre, mais pleine de lumière.

 

 



 

 

Nature morte d'Espagne.jpg

Nature morte de Séville.jpg

Nature morte d'Espagne - 1911 Nature morte de Séville - 1911


«Il y a une proportion nécessaire des tons qui peut m'amener à modifier la forme d'une figure ou à transformer ma composition.
» Henri Matisse



Ces deux toiles représentent la même scène, les mêmes meubles. Quelques différences : dans la nature morte espagnole, le châle cache presque entièrement le divan, le bleu du châle est plus profond, la nappe aussi a changé de couleur. La nature morte de Séville est plus légère.


XQKQ3L6ZPXP601AF3.jpg

La nappe bleue

Il utilise les motifs de la toile de Jouiy.
Des arabesques entrelacées.
Les objets sont soulignés par un contour noir qui donne du relief. Le vert de la carafe est accentué par le jaune des pommes.

   
Tournesols dans un vase.jpg

Tournesols dans un vase - 1898

Intensification de la lumière et de la forme.
On a l'impression que les fleurs continuent d'émettre de l'énergie solaire.
Des coups de pinceau énergiques qui rappelent le travail de Van Gogh.

Elle a sans doute été réalisée lors d'un séjour en Corse

   
G52V4HVXD-1F_40AJE3-copie-2.jpg

 

Statuette rose et pot d'étain sur

commode rouge 1910

La statuette figure dans plusieurs tableaux.


Une aiguière et un petit pot, la tige flexible d'une capucine, un bol et une statuette.

Les lignes ondulantes de la sculpture rose, comme l'aiguière, sont très travaillées au niveau de la couleur.  

   
PQ3J9R44OQS936223.jpg

Vaisselle et fruits sur un tapis rouge et noir - 1906

 

Majestueusement impassibles dans le centre de la composition, un pot de chocolat chaud, une soupière en faïence, une tasse et une soucoupe.

Mais l'élément le plus important est la couleur. 

              


«Je voudrais que les gens sachent qu'il ne faut pas approcher de la couleur comme on entre dans un moulin, qu'il faut une sévère préparation pour être digne d'elle
» Henri Matisse


La vie et la peinture et sa vie pénètre toutes ses oeuvres...

Voir aussi Henri Matisse ou le bonheur de peindre (1869 - 1954) - 5 mars 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires