Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 13:35

 

Ce n’est pas un roman, c’est une histoire courte, une histoire d’amour qui se façonne à petits pas. 

 

La narratrice est une petite fille sans nom. 

 

 

Nous sommes dans l’Irlande rurale, cette petite fille est emmenée par son père chez des amis de ses parents, des fermiers. Sa mère attend un énième enfant.

 

«Pour ma mère, le travail est sans fin...» p20  

 

«Je le (son père) regarde reculer, tourner dans le chemin et s’éloigner...Pourquoi est-il parti sans même me dire au revoir, sans jamais préciser qu’il reviendrait me chercher.» p21

 

Les Kinsella, elle les appelle  Kinsella et Mrs Kinsella

 

«Une grosse lune illumine la cour et sa blancheur nous accompagne sur le chemin puis sur la route. 

Kinsalla prend ma main dans la sienne. Dès qu’il la prend, je me rends compte que mon père ne m’a absolument jamais tenu la main...» p72

 

«Ses mains ressemblent aux mains de ma mère mais il y a autre chose en elles, une chose que je n’ai jamais sentie avant et pour laquelle je n’ai pas de nom. Les mots manquent terriblement mais c’est un nouvel endroit, et des mots nouveaux sont nécessaires» p26

 

Lentement, la relation prudente devient une relation profonde. Elle trouve chaleur et affection dans cette maison qui a connu un deuil.

 

Le texte est vif, très poétique, lumineux et surtout il ne dit pas tout.

 

En fait, moi non plus je ne dirai pas tout, surtout pas en ce qui concerne les dix dernières pages....

 

 

Editeur Sabine-Wespieser - Titre anglais: Foster



Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires