Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 17:15

 

Il était une fois...


Dès le IIe millénaire av. JC les crétois pratiquaient la course à pied, la gymnastique, le pugilat  à l’occasion de grandes fêtes, de concours entre jeunes garçons et filles.

 

Pélops serait le fondateur des Jeux Olympiques archaïques. Il a donné son nom à la partie de la Grèce où il a régné, le Péloponnèse «Île de Pélops»

 

Selon Homère la société aristocratique était très friande de concours artistiques et sportifs. 

Apollon et Athéna  avaient chacun leur champion.

 

Les athlètes grecs participaient aux compétitions dans le cadre de cérémonies religieuses qui se déroulaient dans le temple de Zeus à Olympe, ceux d’Apollon à Delphes, ceux de Poséidon à Corinthe et ceux de Zeus à Némée.

 

Les jeux de Zeus étaient les plus célèbres.

Ils se déroulaient pendant cinq jours à Olympie tous les quatre ans. 

Chaque cité y participait.

Les compétitions de courses (vitesse, fond, demi fond) précédaient le pentathlon (saut en longueur avec poids en pierre ou en métal dans les mains), la course, le lancement du disque, du javelot et lutte. 

Le pugilat était l’épreuve la plus violente.

 

Il y avait aussi des courses de quadriges.

 

Avant le début de la compétition, les athlètes s’enduisaient le corps avec de l’huile, puis se recouvraient de poudre.

 

 

«C'est donc Hercule...qui a eu la gloire d'inventer ces jeux et qui les a nommés Olympiques. Et parce qu'ils étaient cinq frères, il voulut que ces jeux fussent célébrés tous les cinq ans. Quelques-uns disent que Jupiter et Saturne combattirent ensemble à la lutte dans Olympie, et que l'empire du monde fut le prix de la victoire. D'autres prétendent que Jupiter ayant triomphé des Titans, institua lui-même ces jeux, où Apollon signala son adresse en remportant le prix de la course sur Mercure et celui du pugilat sur Mars. C'est pour cela, disent-ils, que ceux qui se distinguent au pentathlon dansent au son des flûtes qui jouent des airs pythiens, parce que ces airs sont consacrés à Apollon, et que ce dieu a été couronné le premier aux jeux Olympiques.»

 

Pindare - Olympiques

 

 


Athlètes olympiques.jpg athlete2.jpg
Athlètes olympiques : à gauche, le coureur à pied - à droite le discobole Ve s. av. JC
 

 

«Puis, ils montèrent tous sur leurs chars, et ils jetèrent les sorts ; et Akhilleus les remua, et Antilokhos Nestôréide vint le premier, puis le roi Eumèlos, puis l'Atréide Ménélaos illustre par sa lance, puis Mèrionès, et le dernier fut le Tydéide, le plus brave de tous. Et ils se placèrent dans cet ordre, et Akhilleus leur marqua la borne, au loin dans la plaine ; et il envoya comme inspecteur le divin Phoinix, compagnon de son père, afin qu'il surveillât la course et dît la vérité....
Et tous ensemble, levant le fouet sur les chevaux et les excitant du fouet et de la voix, s'élancèrent dans la plaine, loin des nefs. Et la poussière montait autour de leurs poitrines, comme un nuage ou comme une tempête; et les crinières flottaient au vent ; et les chars tantôt semblaient s'enfoncer en terre, et tantôt bondissaient au-dessus. Mais les conducteurs se tenaient fermes sur leurs sièges, et leur coeur palpitait du désir de la victoire, et chacun excitait ses chevaux qui volaient, soulevant la poussière de la plaine.»

Homère - Odyssée.

la-Victoire-tend-au-vainqueur-une-couronne-faite-avec-les-r.jpg Athlete-qui-lance-un-javelos.jpg
La Victoire tend au vainqueur une couronne faite avec
les
 rameaux de l'olivier sacré Ve s. - détail 
Athlète qui lance le javelot - Détail -
vers 500 av JC

 

 

«...ainsi je me plais à abreuver du nectar des Muses les athlètes victorieux, et par les doux fruits de mon génie, j'enivre de joie les héros couronnés à Delphes et à Olympie.
Oh! qu'heureux sont les mortels dont la renommée publie au loin la gloire ! Tour à tour la victoire jette sur eux un regard favorable, et les grâces de la poésie mêlées aux tendres accords de la lyre et de mille instruments sèment de fleurs le sentier de leur vie.
Je vais donc te chanter aujourd'hui au son éclatant des flûtes, aux douces mélodies de ma lyre, fille de Vénus, Rhodes, puissante reine des mers et épouse du Soleil.  
J'unirai ton éloge à celui de Diagoras en célébrant les trophées de cet invincible athlète, que viennent d'ennoblir la palme du pugilat, sur les bords de l'Alphée, et celles qu'on décerne aux sources sacrées de Castalie»

 

Pindare - Olympiques

 

 


Course-de-quadrige.jpg Discobole-et-pedagogue.jpg
Course de quadrige - vers 400 av. JC Le Discobole et le pédagogue - 440-450 av. JC


Heracles-montant-sue-le-podium.jpg
  Hercule montant sur un podium - 500-550 av.JC

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires