Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 14:00

 

Du brou de noix, du goudron sur verre, de l’huile, de l’acrylique.

Des brosses de peintre en bâtiment

Du noir, du clair-obscur.

 

«Je me souviens d’une verrière de la gare de Lyon réparée avec du goudron..Les coups de brosse gauches et rudimentaires des ouvriers qui l’avaient barbouillée me bouleversaient.»

 

 

«Les nostalgies, les rêves de retour à des temps et des peintures révolues sont des simulations. Je crois que la peinture peut trouver des formes nouvelles qui correspondent à une vérité, celle d’un temps comme celle d’un individu, et qu’elle est toujours capable de continuer l’aventure de l’art».

 


«La réalité d’une oeuvre, je l’ai dit souvent, c’est le triple rapport qui se crée entre la chose qu’elle est, celui qui l’a produite et celui qui la regarde»

 



Sa couleur de prédilection est le noir, l’outrenoir (l’outrenoir, comme étant au-delà du noir, comme outre-Rhin) mis en valeur par l’éclairage extérieur et le relief de la peinture.


Sa peinture est lissée, striée, rythmée.


Pas de titre à ses oeuvres,
 simplement 

«Peinture 324 cm, x 181 cm, 14 mars 2009»,
dimensions et dates.

 

Regarder un de ses tableaux, c’est passer du noir à la lumière et de la lumière au noir. C’est rêver. 


Il ne faut pas regarder ses toiles pour «voir» quelque chose car il ne raconte pas, il ne décrit pas.

 

Peinture-324cmx181cm-14mars2009.jpg



«Cet objet ne
dit rien, c’est avec des mots qu’on dit. Il ne porte pas de titre. Il ne livre par bonheur aucun message : laissons les messages aux prophètes et aux facteurs...»

 


En utilisant une question posée à Pierre Soulages «Pourquoi le Noir», ma réponse est la sienne «Parce que ...» 

 

 

 

 

Les textes en italiques sont extraits de «Image et signification» texte de Pierre Soulages - Centre Pompidou - 2010


Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires