Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 10:00

 

La Madone des palefreniers - Caravage - 1605-1606

CaravaggioSerpent.jpg

 

Ce tableau était destiné à la Basilique St Pierre. Un mois seulement après son accrochage il fut ôté pour des problèmes de «bienséance», la toile n’étant pas jugée conforme à l'imagerie traditionnelle.

Il fut ensuite placé dans l'église Sant’Anna dei Palafrenieri, puis acheté par le cardinal  Borghèse.

 

L’innovation du Caravage réside dans le drame existentiel et humain de trois personnages face au danger.

 

Marie, Sainte Anne et l’enfant Jésus.

 

Sainte Anne, vêtue à l’antique est debout les mains croisées sur le ventre, à l’écart, visage et cou ridés.

 

Elle observe d’un air détaché la scène dominée par la Vierge tenant Jésus nu.

Marie l’aide à écraser la tête du serpent, symbole du péché et de l'hérésie.


Du fait des ténèbres qui enveloppent les figures, l’action pourrait se situer n’importe où et la lumière presque artificielle, resplendit sur la chair de Jésus.

 

L’acte est en fait une interprétation théologique : un nouveau débat opposait catholiques et protestants, ceux-ci niant l’Immaculée Conception et donc la possibilité pour la Vierge de vaincre le mal : la Vierge peut vaincre le mal si elle est aidée par le Christ.

«La vierge a écrasé le tête du serpent à l’aide de celui qu’elle a enfanté»

 

 


L'Amour sacré et l'Amour profane - Titien - 1514
1280px-Tiziano_-_Amor_Sacro_y_Amor_Profano_-Galeria_Borghe.jpg
Ce tableau sur fond de paysage traduit l'idéal de beauté que recherchait Titien dans sa jeunesse.
La mariée, vêtue d'une robe blanche est assise non loin de Cupidon. Elle est assistée par Vénus.
Les deux femmes d'une beauté parfaite symbolisent respectivement 
«la brieveté du bonheur terrestre»  représenté par le vase contenant les joies et «le bonheur éternel et céleste» représenté par la lampe à huile où brule la flamme de l'amour divin.



Annibal Carrache - Jeune homme qui rit - 1583
06-5286941.jpg
Cette peinture est d'une extraordinaire modernité.
Carrache peint des caricatures, mais ici, il rend avec naturalisme le regard du personnage, sans doute un acteur. Son couvre chef est celui du masque du «docteur» dans la campagne bolonaise.
La position de son buste, souligné par des traits au fusin est insolite.
Il saisit la fraicheur du rire.

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires