Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 18:30

 

 

 

 

«Giorgio de Chirico est, par-dessous tout, absolument moderne...il est vrai aussi que son oeuvre ne ressemble à aucune autre...»

 

«La peinture de Chirico n’est pas peinture dans le sens que l’on donne aujourd’hui à ce mot.

On pourrait la définir une écriture de songe.

 

Au moyen de fuites presque infinies d’arcades et de façades, de grandes lignes droites ; de masses immanentes de couleurs simples ; de clairs et d’obscurs quasi funéraires, il arrive à exprimer, en fait, ce sens de vastitude, de solitude d’immobilité, d’extase que produisent parfois quelques spectacles du souvenir dans notre âme quand elle s’endort.

 

G. de Chirico exprime comme nul autre ne l’a encore fait la mélancolie pathétique d’une fin de belle journée dans quelque antique cité italienne où, au fond d’une place solitaire, outre le décor des loggias, des portiques et des monuments du passé, un train passe en vomissant des bouffées de fumée, un camion de grand magasin stationne et une très haute cheminée fume  dans un ciel sans nuages»

 

Guillaume Apollinaire - Chroniques d’art - 1914-15 juillet 


www.archweb.it.jpeg
   

 

«Pour qu’une oeuvre d’art soit vraiment immortelle, il faut qu’elle sorte complètement des limites de l'humain...De cette façon elle s’approchera du rêve et des limites de l’humain.»  

Giorgio de Chirico

 

D'accord, mais j’ai une préférence pour ses peintures de chevaux libres sans limite.

 

de-c.jpg de-C3.jpg
 Le peintre de chevaux 1926             Le cheval au bord de la mer 1928-1930
de-C2.jpg de-G-4.jpg
 Deux chevaux au bord de la mer 1927  Cheval et zèbre 1929

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires