Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 17:00

 

Un lieu - Le musée de la Poste à Paris - une exposition qui rassemble des dizaines d’oeuvres de Chaissac et de Dubuffet.

Gaston Chaissac (1919-1964) est issu d’une famille ouvrière. Otto Freundlich (sculpteur et peintre) et Jeanne Kosnick-Kloss (peintre) l’encouragent à dessiner. 

C‘est un coloriste extraordinaire. Il utilise toutes sortes de supports : toile, papier, bois brut, pierres...

Ses oeuvres sont très reconnaissables. Il cerne des zones de couleurs, un monde végétal et animal d’où surgissent des formes humaines, des visages. Les yeux sont presque toujours de face. Ils portent le regard du peintre sur le monde qui l’entoure. Son isolement, ses difficultés financières l’incite à écrire des lettres à des amis, à des artistes.

En 1943, Jean Paulhan (écrivain, critique et éditeur) remarque ses peintures. En 1946  il rencontre Jean Dubuffet par lettre interposées. 

Une amitié s’instaure, entretenue par une abondante et remarquable correspondance.

Chaissac est aussi écrivain « à 30 ans je réalisais mon rêve d’enfance : j'écrivais»




«Cher écriveur de lettres si drôles

J’ai vu les petites choses que vous avez envoyées à Jean Paulhan, je les aime bien, surtout cette femme à la tête rouge peinte à l’huile...Je suis content que vous fassiez des choses comme cela, qu’il existe tout de même encore des peintres pour faire ces choses comme cela...» Jean Dubuffet 25 octobre 1946


«Mon cher Dubuffet

Lorsque je travaillais chez un bourrelier...je gardais pour moi les vielles toiles des renfoncures des colliers de chevaux au lieu de les jeter à la poubelle, je pensais les lessiver et peindre ensuite des petits tableaux...J’ai colorié des dessins avec cette crasse de vielles toiles de renfoncures (de colliers) après l’avoir délayée, ça donne une belle couleur...C’est mon premier patron  qui l’a appris à peindre et à préparer les couleurs. Je peints comme un bourrelier et le trait qui entoure mes dessins a quelque chose des filets que les bourreliers tracent sur les colliers des chevaux pour les décorer...» Gaston Chaissac 4 décembre 1946

Chaissac1.jpg Chessac25.jpg
  Sans titre 1947 (gouache sur papier)  Personnage sur fond nocturne 1946-46
(huile sur papier marouflé sur toile)
   
Chaissac2 Chaissac4
Visage aux hachoirs 1914-48 (gouache sur papier Canson)  Le pèlerin 1947 (huile sur papier marouflé sur toile)
   
Chaissac3 Chaissac7
La chambre aux croix 1948 (gouache sur papier Canson) Sans titre (huile sur couvercle de caisse)
   
Chaissac6 Chaissac9
Sans titre 1949 (huile sur papier marouflé sur toile) La cène 1959 (ripolin sur bois)
   
Chaissac32.jpg Chaissac20.jpg
Portes de placard peintes 1953 (huile sur bois) Figure aux yeux oranges 1955 (huile sur couvercle de 
lessiveuse)

 


 

Jean Dubuffet (1901-1985) est issu d’une famille bourgeoise. Il est proche de Juan Gris, André Masson, Fernand Léger. 

C’est le premier artiste qui refuse les écoles, les courants, les techniques enseignées.

 

«Mon cher Gaston, il m’apparait obscurément (comme à toi, je le sens bien) que tout l’appareil habituel de la peinture - toiles chevalet, pinceaux, tubes de couleurs - exercent une action paralysante sur celui qui s’en sert»

Il triture la matière. Il est un défenseur de «l’Art brut». Il utilise la terre, les débris végétaux. il expérimente des enduits épais, des vernis produisant des effets de ramages et de craquelures.

Puis il assemble des empreintes d’objets divers.» 24 juin 1947

 

 Dubufet1 Dubuffet23 
 Chaussée boiseuse 1959 (éléments botaniques)  Texturologie 1958 (huile sur toile)
   
 Dubuffet11 Dubufet17 
Macadam à la pluie 1957 (assemblage, huile sur papier)          La joie de vivre 1949 (huile sur toile de jute)
   
 Dubufet14 dubuffet111.jpg 
Galeries Lafayette 1961 (gouache sur papier) La scénique de l'Hourloupe 1964 (marqueur, peinture vynilique sur papier)
   
dubuffet.jpg Dubuffet.jpg
Lever de lunes aux fantomes 1951)  (huile sur isorel) Trinité Champs -Elysées (huile sur toile)
   

 

Et pourtant tout semblait les éloigner. Gaston Chaissac le solitaire, fragile et Jean Dubuffet sûr de lui.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires