Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 15:47


Une promenade à Saché sur les pas de Calder.

 

Calder (1898-1976) découvre Saché grâce au sculpteur Jo Davidson.
En 1953, il achète une petite maison sur les bords de l’Indre. Elle lui servira d’atelier de peinture.
Puis, une autre maison et un atelier pour réaliser ses sculptures.
En 1963, il fait construire son immense atelier qui surplombe la vallée pour réaliser ses œuvres monumentales, «les stabiles»
      

 

Son travail est très divers : les gouaches, les personnages du Cirque, les grands mobiles, les stabiles, les décors de théâtre. Comme ingénieur il a réalisé pour l’Université de Caracas, un plafond acoustique.

 

Quelques oeuvres de Calder

 


Le cirque en cinq valises

Il était fasciné par le cirque. Avec des bouts de fils de fer, du bois découpé, du tissu, du papier, du caoutchouc, du liège, des boutons, des capsules de bouteilles, il crée les personnages du cirque, acrobates,  danseuses, animaux, trapèzes, filets. Beaucoup de charme dans cette oeuvre, avec sa construction sommaire, l’aspect  pauvre de ses figurines.

Il fait des représentations, le cirque installé sur un vieux tapis et un vieux phonographe annonçait : «Mesdames et Messieurs...» Et Calder animait les personnages.

 


Cirque - Calder- 1936-1931 La-cage-Bete-sauvage---Calder-1932.jpg

 

 


Peinture 

Calder : «Mon entrée dans l’art abstrait est née à la suite d’une visite dans l’atelier de Mondrian (1930).

J’ai particulièrement été impressionné par des rectangles de couleurs qu’il avait cloués sur un mur.»

Sans-titre-1930---Caldet.jpg

 

 

 


Mobile 


Ses mobiles projettent des formes du monde végétal et du monde floral. Un souffle et ils s’animent.
On y voit des branches courbées, des rameaux, mais aussi des feuilles, des pétales..


Big-Red-Calder-1960.jpg Roxbury-Flurry--Calder---1948.jpg

 

 

 

 


Stabile


Ces grandes constructions de tôles découpées, puis assemblées sont de grands monstres.

L’un de ses grands bonheurs était sa fréquentation de l’usine Biemont où il passait beaucoup de temps à surveiller le découpage, l’assemblage des éléments gigantesques de ses stabiles.

 

Flamingo---Calder.jpg

 

 

Il avait une prédilection pour la simplicité des formes, le jeu des couleurs pures (le rouge, le blanc et le noir), les rapports des forces qui en provoquent l’équilibre.


«Le sous sous-jacent à mon oeuvre fut le système de l’univers.

C’est un grand modèle à partir duquel travailler» Calder


Calder---Kertesz---1929.jpg
Photo de Calder par Kertész - 1929

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires