Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 09:00

Parmi ses grandes réalisations, la coupole de Santa Maria del Fiore.

Elle est formée d'une double calote soutenue par 8 côtes principales - apparaissant à l'extérieur - recouvertes de marbre blanc et de 16 côtes internes reliées entre elles pour contenir les poussées latérales.

Les travaux commencent le 7 août 1420 et prennent fin en 1436, bouclant l'anneau qui se trouve à 91m de hauteur. la même année, il dessine la lanterne qui couronne sa création et lui donne une plus grande stabilité.

 

Brunelleschi s’inspire des monuments antiques.
Le dôme est construit sans nervure de bois, mais à l’aide d’échafaudages mobiles maintenus par des briques en écailles de poisson qui soutiennent la paroi sans l’alourdir.

Il dessine des épures, il fait fabriquer des maquettes.


En fait, il y a deux coupoles, une coupole interne qui soutient la coupole externe.

La coupole a 45 mètres de diamètre. 


C'est le premier architecte moderne.

 

dome2.jpg

 

 


 

Giotto - Le campanile

Il le commença en 1334 et n'acheva que la base.

84,70 m de hauteur, sur 14,45 m de côté. Il est revêtu de marbre polychrome : blanc de Carrare, rouge de Sienne, vert foncé de Prato.

Après sa mort les travaux furent confiés à Andrea Pisano, puis à Francesco Talenti.

Les bas reliefs illustrent la Création de l'homme et les Activités humaines (par Luca della Robia.Les autres sont attribués à Andrea Pisano (les losanges de l'étage supérieur et les Sacrements sont attribués à Alberto Arnoldi.

La niche du registre suisant : les patriarches, les rois, les prophètes, les sibyles sont réalisés par Donatello.


coupole-2014.jpg campanile-6-2014-copie-1.jpg
   
campanile-4-2014.jpg Campanile 2014
   
Campanile-5-2014.jpg
 
campanile 3 2014
 
capanile-2-2014.jpg
 
campanile2014.jpg

«Le campanile de Giotto est la fantaisie de Florence, le caprice d'une ville où la beauté calcule, où la raison cherche toute sorte de règles, ...Il a le charme de l'illusion et de l'imaginaire : il ne veut rien dire ; il ne sert à rien : ce clocher n'a peut-être pas de cloches : il n'est là que pour le plaisir...»

André Suarès - Voyage du Condottière


 


 

 

 

Lorenzo Ghiberti (1378 - 1455) - La porte du Paradis

 

Ghiberti est un artiste complet : peintre, orfèvre, architecte et avant tout sculpteur.

En 1401, il remporte devant six candidats, dont Brunelleschi le concours pour la deuxième porte du Baptistaire de Florence.. cette réussite fait de lui un des sculpteurs les plus connus de sa génération.

 

Entre 1425 et 1452, il réalise la troisième porte, un chef d’oeuvre, que Michel Ange appelle la Porte du Paradis. Il est à la recherche d’une conception moderne de l’espace.

Cette porte d'Or est son chef d’oeuvre

Il découpe la surface de chacun des battants en cadres dans lesquels il représente différentes scènes de l’Ancien Testament : La création d'Adam et d’Eve et le Péché originel, l’histoire de Caïn et d’Abel...

Des petites figurines de prophètes et de sibylles alternent avec des portraits d’artistes de l’époque, dont Ghiberti lui-même.

Des foules entières de paysans, de bourgeois envahissent l’espace

L’encadrement de la porte est également de Ghiberti

 

Elle vient d'être restaurée - la mise en cimaise n'était pas exceptionnelle.

Gh1-copie-1.jpg
 
Gh4.jpg
 
Gh2.jpg
 
GU6.jpg
 
GU7.jpg

                                               Autoportrait 

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires