Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 20:00

 

 


J’avais appris à énoncer les voyelles A E I O U.  Or, dans le poème d'Arthur Rimbaud c'est A E I U O.

L’inversion des voyelles est intéressante.

En fait il commence par A (alpha) et termine par O (l’oméga). Le «début» et la «fin» de l’alphabet grec.


Pour lui, le noir est synonyme de cruauté, le blanc de pureté, le bleu représente les anges, les cieux, le rouge  c’est le sang craché.


Que A soit noir, rouge ou jaune, blanc , bleu, vert, peu importe. C’est un poète !


Mais, en peinture, l’évolution de l’utilisation des couleurs est importante.


Donc, je me suis amusée à reprendre mes notes.

IMG 0613 A moyen âge, le bleu est symbole de dignité, de joie, d’amour et de loyauté. Il évoque un ciel pur. Le manteau de la Vierge est bleu.

Le rouge  est la couleur de la gloire, mais aussi du sang versé. C’est la couleur du vêtement de Dieu.

La Vierge peut aussi porter une vêtement rouge. Dans ce cas, elle représente la couleur du sang versé par son fils et sa douleur de mère.


 


IMG 0613 2


IMG 0613 4 Le vert est rarement utilisé. Il a mauvaise réputation, il est symbole de péché.
Le jaune n’est pas utilisé. Cette couleur est synonyme de traitrise, de bourreaux. IMG 0613 5

 

A la Renaissance, changement radical. Les artistes disent que «la valeur d’une oeuvre dépend de leur talent et non de la couleur». Les couleurs sont très vives et paradoxalement le gris apparaît.


Au XVIe siècle, les artistes pour représenter la Vierge utilisent peu les couleurs primaires (rouge, jaune, bleu) mais bleu avec du blanc, et rose. Les verts sont utilisés ainsi que les jaunes pâles. 
Certaines peintures font apparaître des zones d’ombre dans les vêtements. Ils remettent en question les couleurs claires. Les couleurs noires abondent pour donner du relief.


Au XIIIe siècle, époque «romantique» les couleurs s’assombrissent mais c’est un aussi l’époque des couleurs claires : blanc, jaune, orange.


Au XIXe siècle, l’approche des couleurs devient philosophique. Les peintres se détachent du motif pour faire de la couleur une quête de l’absolu.


Au XXe siècle les tableaux sont le plus souvent monochromes. La couleur n’est pas utilisée à des fins «d’émotivité» mais à des fins "plus formelles".

 


IMG 0613 3

Il existe une symbolique des couleurs changeant elle aussi avec le temps.

 

Le noir qui pour moi est la somme des couleurs peut être lié à la terre, à la fertilité, mais aussi au diable, à  la douleur, à la mort, à l’anarchie, mais aussi à l’humilité, l’austérité, à l’élégance ...


 

 



Partager cet article

Repost0

commentaires