Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 20:24

De la Théorie des couleurs (Farbenlehre) que Goethe (1749-1832) publie en 1810, résultat de vingt années d'efforts assidus, on n'a souvent retenu que l'extravagante croisade anti-newtonienne. 

Annot
Ronis Willy (1910-2009)

Dans la Préface de son ouvrage, Goethe décrit le corps de doctrine de Newton (Opticks, 1704) et de ses « apôtres » comme une Bastille malcommode et vermoulue qu'il conviendrait de raser. 

 

Lumière Aeolienne
Calliyannis Manolis (1923-2010)

Cet aspect, certes central et d'ailleurs sans cesse réaffirmé par Goethe, explique la réception hostile que lui réservèrent les physiciens et le sourire ironique de ceux qui, voulant se dispenser de lire le volumineux ouvrage, mettaient en avant les erreurs de l'auteur

 

Pourtant, la lecture n'en est pas réservée aux seuls spécialistes de Goethe, qui pourront étudier ici les idiosyncrasies du grand homme et chercher à voir pourquoi il a mobilisé plus d'énergie dans cette entreprise que dans bon nombre de ses travaux littéraires. 

L'Empire des lumières
Magritte René (1898-1967)

Lumiere sur Alger
Garbell Alexandre (1903-1970)

On peut relever, dans la Farbenlehre, des aperçus que l'optique physiologique duXIXe siècle reprendra avec bonheur (J. E. Purkinje, Johannes Müller) ; les réflexions sur l'harmonie et sur la valeur des couleurs ont inspiré de nombreux peintres, et les épistémologues liront avec profit la passionnante histoire  des couleurs que Goethe propose dans la troisième partie de son ouvrage.

 

 

La Farbenlehre – le titre peut se traduire par « théorie », mais aussi par « science » ou par « doctrine » et parfois même par « traité des couleurs » – paraît en 1810 sous la forme  de deux forts volumes (654 et 757 pages) accompagnés d'un cahier de 17 planches en couleurs. 

Lumiere sur Alger
Garbell Alexandre (1903-1970)

La Paix dans la lumière
Dubois Paul Elie (1886-1949)

Le premier volume renferme la « partie didactique » – l'exposé de la théorie – et la « partie polémique » – virulente réfutation de la théorie de Newton. Le second volume est tout entier consacré à l'histoire des couleurs : après avoir embrassé l'histoire de la philosophie.

 

Les radiations lumineuses perçues par notre œil se distinguent non seulement par leurs intensités, mais aussi par des caractéristiques qualitatives, leurs couleurs, qui n'ont d'abord été définies que par des comparaisons souvent grossières : les lumières comparables à celle du jour sont dites blanches, celles qui nous viennent de la plupart des feuilles au printemps sont vertes... Les mêmes adjectifs peuvent s'appliquer aux corps d'où nous recevons ces lumières, et aussi aux sensations qui leur correspondent.

Emergence et lumière
Michau Raoul (1897-1981)
Marseille

Cavignac
Ronis Willy (1910-2009)

Partager cet article

Repost0

commentaires