Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 20:16

Daniel Buren
Platen Angelika (née en 1942

La même année, une importante expositioncollective, L'Envers du décor : dimensions décoratives dans l'art du XXe siècle, parcourait la France avec le but de redéfinir cette notion si décriée par l'idéologie moderniste. L'œuvre de Buren s'y révélait anticipative de cette réhabilitation, un phénomène que l'artiste associe au développement d'un art prédestiné au musée, c'est-à-dire « conçu et réalisé pour ce lieu spécifique. » 

 

Jamais deux fois la même
Buren Daniel (né en 1938)

L'usage systématique fait par Buren du célèbre motif de bandes verticales de largeur constante (8,7 cm) est parvenu à renouveler l'acception de la peinture par une prise en compte globale de l'espace dans ses dimensions tant concrètes que symboliques. 

 

Jamais deux fois la même
Buren Daniel (né en 1938)

Si le principe du travail in situ exprime une évolution déterminante du principe de l'objet d'art, chez Buren il vise avant tout à questionner l'interdépendance de l'œuvre avec le lieu – et le temps – dans lequel elle s'inscrit.

Cabane éclatée n° 6 : Les Damiers
Buren Daniel (né en 1938)

Né en 1938 à Boulogne-Billancourt, Daniel Buren s'est tout d'abord intéressé au cinéma, avant de concentrer sa réflexion sur le statut de la pratique picturale, un statut jugé de plus en plus obsolescent face aux mutations économiques et culturelles des années  en plus obsolescent face aux mutations économiques et culturelles des années 1960. 

Peinture [Manifestation 3]
Buren Daniel (né en 1938)
Paris

De 1957 à 1960, il commence sa formation dans l'atelier de « peinture et décoration générale » de l'École des métiers d'arts de Paris, puis est admis à l'École des beaux-arts dont il est renvoyé pour absentéisme. 

Cabane éclatée n° 6 : Les Damiers
Buren Daniel (né en 1938)

Jamais deux fois la même
Buren Daniel (né en 1938)

En 1965, il réalise une commande de mosaïques décoratives dans un hôtel de Sainte-Croix, aux Caraïbes. Dans ce contexte balnéaire, l'artiste utilise pour la première fois une toile tissée de bandes verticales blanches et colorées. Ce support de récupération, au motif visuellement fort, sert de fond, en 1965 et 1966, à des compositions biomorphes. 

Il tient alors lieu de repoussoir optique : les surfaces peintes contrastent avec le motif des bandes verticales, installant un rapport de rivalité entre la trace personnelle de l'artiste et la facture industrielle du tissu. De cette tension formelle résulte une véritable mise à mort du tableau : cadre et châssis disparaissent, et la peinture elle-même subit un processus d'effacement, de sorte que, dès 1967, l'intervention manuelle se réduit à l'application de peinture blanche sur les deux bandes blanches situées aux extrémités.

Cabane éclatée n° 6 : Les Damiers
Buren Daniel (né en 1938)

Partager cet article

Repost0

commentaires