Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 10:49

Venise capitale de la région italienne de Vénétie, est l'un des ports qui se sont développés sur les cordons littoraux et dans les lagunes du fond de l'Adriatique, après l'envasement des ports antiques du delta du Pô et de ses abords (Spina, Adria, puis Ravenne).

 

Sauvée d'un sort semblable par d'incessants travaux (détournement de la Brenta), elle s'est affirmée, au Moyen Âge, comme point de rupture de charge entre le trafic maritime et l'active navigation padane.

 

Éclipsant les ports plus orientaux, contrôlant la route du Brenner, étendant jusqu'à Brescia  ses possessions de terre ferme, Venise a constitué un empire marchand méditerranéen. 

 

Au XIe siècle, affranchie de toute subordination et devenue l'alliée de Byzance contre les Normands, Venise peut organiser l'État, s'établir solidement en Romanie comme dans l'Orient croisé, régler ses premiers litiges sérieux avec un Empire byzantin déjà affaibli et qu'elle contribue à vaincre en 1204.

 

 

C'est désormais la puissance : un véritable empire colonial est bâti en amphithéâtre des terres dalmates à la mer Égée, la Crète formant le plus fort maillon de cette chaîne de comptoirs et d'étapes. Avec énergie, les Vénitiens abattent toute résistance pour consolider la Romanie gréco-vénitienne qui, pour une bonne part, ne disparaîtra qu'avec la République.

 

Un tel triomphe est dû aux qualités de caractère des Vénitiens, à leur sens prodigieux de l'État, qui fait que chaque citoyen se voue aux tâches collectives avec une abnégation totale, rare dans les autres communes italiennes. 

 

Ni démocratie ni principat, aux mains des grandes familles dès le XIIIe siècle, l'État vénitien est évidemment géré dans l'intérêt de ces patriciens marchands, mais il reste soucieux d'une certaine responsabilité sociale. De même il veille avec continuité à ses relations internationales, développant un réseau de renseignements souple et efficace. 

 

Au XVe siècle la République achève de fortifier sa puissance italienne en s'emparant de quelque 12 000 kilomètres carrés de terre ferme, du Frioul à la Lombardie.... 

Partager cet article

Repost0

commentaires