Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2018 4 22 /02 /février /2018 09:56

L'œuvre de Zadkine, sculpteur français d'origine russe, est, avec celles de Laurens et de Lipchitz, la plus représentative d'une adaptation systématique des principes du cubisme pictural à la troisième dimension. Il ne faut pas chercher en elle des innovations de portée révolutionnaire, mais elle abonde en trouvailles de toutes sortes.

Trapeze de lumiere
Zadkine Ossip (1890-1967

Surtout, elle s'acquitte avec un brio étourdissant d'une tâche singulièrement ambitieuse : investir l'objet sculpté d'un contenu poétique en réhabilitant le sujet et en privilégiant les grands thèmes lyriques et épiques de l'histoire humaine.

(Sans titre)
Zadkine Ossip (1890-1967)

 Lorsqu'en 1906 Ossip Zadkine, quittant Smolensk, sa ville natale, débarque en Angleterre, c'est en principe pour parfaire son éducation. Mais cette liberté toute neuve est aussitôt mise à profit pour obéir à une impérieuse vocation de sculpteur. Vite déçu par l'enseignement traditionnel de Londres, puis de Paris, où il s'installe en 1909, Zadkine découvre avec le même enthousiasme Rodin, la statuaire romaine et gothique, les arts africains. 

Gladiateurs
Zadkine Ossip (1890-1967)

 

Rien ne pouvait mieux le prédisposer à comprendre la portée des recherches plastiques qui s'effectuaient alors dans le sillage du cubisme pictural. Bien qu'interrompue par le douloureux épisode de la guerre qu'il fit comme engagé volontaire, sa contribution à la nouvelle esthétique se révèle dès sa première exposition particulière, organisée en 1920 dans son propre atelier. La critique la plus perspicace, en la personne de Jean Cassou et de Maurice Raynal, ne ménage pas ses éloges.

Femme à l'éventail
Zadkine Ossip (1890-1967)

 C'est le début d'un succès qui ne faiblira pas : importante exposition au musée des Beaux-Arts de Bruxelles en 1933, retrospective du musée national d'Art moderne de Paris en 1949, grand prix de la biennale de Venise l'année suivante, rétrospective de Knokke-le-Zoute en 1963. À l'académie de la Grande Chaumière, où il enseigne à partir de 1945, ou dans son atelier parisien, Zadkine ne cessera jusqu'à sa mort, à Paris, d'exercer une profonde influence sur de jeunes sculpteurs.

Le poète
Zadkine Ossip
(1890-1967)

Partager cet article

Repost0

commentaires