Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 13:36

«Ici, près de ma case, en plein silence, je rêve à des harmonies violentes dans les parfums naturels qui me grisent » Lettre à André Fontainas, mars 1899»

Portrait de l'artiste,1896
 

Exposition Gauguin - Guillaume Apollinaire

Parmi les figures étranges si nombreuses du xix siècle aucune n’est plus mystérieuse que celle de Paul Gauguin qui, de la Bourse de Paris, s’en alla mourir dans une case de sauvage aux îles Marquises.Tous ses tableaux, ceux de Bretagne, ceux d’Arles,ceux de Tahiti, ceux des Marquises,il les conçut dans le même esprit de piété.Peinture liturgique où les couleurs ont un sens symbolique qui double leur attrait décoratif, l’oeuvre du plus religieux des peintres modernes s’opposa la première à l’impressionnisme qui malheureusement règne encore non seulement dans les arts plastiques... Monsieur Vollard expose en ce moment rue Laffitte une quinzaine de tableaux de Gauguin, choisis parmi les meilleurs de chaque époque .A vrai dire, la piété de Gauguin envers son art ne se modifie jamais. L’unité de son oeuvre est remarquable.Il n’y a de ce peintre ni plusieurs manières ni plusieurs époques, mais une seule où in demeura constamment...Ses paysages bretons ou marquisiens interprètent  un sentiment unique de piété artistique devant les merveilles décoratives et sans renouvelées de la nature. Ses compositions d’Océanie ne sont pas plus religieuses que ses tableaux de Bretagne.  Avec ces qualités suréminentes qui sans doute le feront mettre au rang des plus grands artistes, Paul  Gauguin retourna aux limites de l’humanité pour surprendre la pureté divine de l’art...

 

 La belle Angele

La personnalité de Gauguin renforce le message de ses créations, car il fut l'un de ces artistes dont la biographie ne se confond pas, pour l'essentiel, avec la suite de ses œuvres. Sa vie, comme celle de Rimbaud, fut une aventure. 

 

Lié d'abord à l'impressionnisme, puis au mouvement symboliste, il devait dénoncer le premier au nom de ce que Kandinsky appellera le principe spirituel de l'art, et se prémunir contre les dangers de déviationnisme littéraire inhérents au second, au nom de la parfaite coïncidence du signifiant et du signifié dans l'œuvre plastique. 

Nature morte aux oiseaux exotiques
 

L'exotisme de Gauguin exprime la quête douloureuse qu'il a poursuivie pour redécouvrir la valeur existentielle des symboles magiques et religieux, liens d'harmonie entre le temps pleinement vécu par l'homme et le mystère d'une destinée qui s'inscrit dans l'intemporel. d'harmonie entre le temps pleinement vécu par l'homme et le mystère d'une destinée qui s'inscrit dans l'intemporel.

Portait de Madeleine 

Son œuvre ajoute à la documentation de l'anthropologue et de l'historien des religions comparées. Comme Tolstoï et Van Gogh, Gauguin a senti jusqu'à l'angoisse la faille qui sépare le christianisme de l'homme actuel et il a cherché, après Victor Hugo, une consolation sans dogme, un nouvel ordre où tout le mal cesserait de venir « de la forme des dieux »iens d'harmonie entre le temps pleinement vécu par l'homme et le mystère d'une destinée qui s'inscrit dans l'intemporel. d'harmonie entre le temps pleinement vécu par l'homme et le mystère d'une destinée qui s'inscrit dans l'intemporel.

 

La graine de l'Areoli

Paul Gauguin est reparti sans cesse au cours de son existence vers le paradis de la nature sauvage, où tout est innocence et liberté. Cette remontée vers ce qu'il possédait en amont, et que ses premiers souvenirs lui avaient fait entrevoir, c'est d'abord dans son sang même qu'il la réalise : au-delà de l'image de sa mère, morte en 1867, il rejoint l'atavisme de sa grand-mère, Flora Tristan aventurière et bas-bleu socialiste, qui le reliait à un arrière-grand-oncle vice-roi du Pérou et aux conquistadores

Madame ginoux au café

Les neuf semaines passées ensemble par Paul Gauguin et Vincent Van Gogh à Arles, entre la fin octobre et la fin décembre 1888, ont toujours été considérées comme un des épisodes majeurs du post-impressionnisme : d'abord par l'union de deux de ses personnalités les plus marquantes, à un moment crucial, pour chacune, de son évolution artistique. 

Vision après le sermon

Le Christ jaune

« Cela est vrai : je suis un sauvage. Et les civilisés le pressentent : car dans mes oeuvres il n'y a rien qui surprenne, déroute, si ce n'est ce malgré-moi de sauvage. C'est pourquoi c'est inimitable » Lettre à Charles Morice, avril 1903

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle
commenter cet article

commentaires