Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 10:00

Le siège de la ville dura dix ans.

Des tribus guerrières pratiquaient sur mer et le long des côtes la piraterie ; la dernière de leurs expéditions fut l'attaque de la ville de Troie, en Asie Mineure, puissante cité qui, placée non loin du détroit des Dardanelles, s'était enrichie en prélevant des droits sur les marchands qui gagnaient la Mer Noire par voie de terre.

Les fouilles effectuées par l'allemand Schliemann au XIXème siècle à Troie ont démontré la richesse de cette ville.

«Troyens...La victoire est à nous. Couronnez-vous d’une gloire immortelle, et refoulez-vous vers la mer ceux qui envahi le sol de notre patrie.» 

Panneau de cassone : combat de cavalerie sous les murs de Troie Giovanni di Ser Giovanni

Panneau de cassone : combat de cavalerie sous les murs de Troie
Giovanni di Ser Giovanni (1406-1480)

La nuit vint pendant laquelle l’aube du dernier  jour de Troie se leva. 

Du haut des murs, les guetteurs troyens n’en crurent pas leurs yeux. Des spectacles insolites s’offraient à eux.

 

La prise de Troie Maublanc Denis

La prise de Troie
Maublanc Denis (actif de 1582 à 1622)

L’image immense d’un cheval se dressait devant la porte de la cité une chose comme personne n’en avait vue.

Les Troyens faisant entrer dans leurs murs le cheval de bois Penni Luca

Les Troyens faisant entrer dans leurs murs le cheval de bois
Penni Luca (1500-1556)

 

Les Troyens font alors entrer le cheval en abattant une muraille. Les guerriers en sortent à la nuit tombée, ouvrent les portes de la ville à leurs compagnons revenus de Ténédos. Troie est prise, pillée, incendiée, Priam égorgé. Énée parvient à s’enfuir avec son fils et son père Anchise et ira fonder Rome.

Plaque : Le Cheval de Troie Maître de l'Enéide (16e siècle)

Plaque : Le Cheval de Troie
Maître de l'Enéide (16e siècle)

Le cheval de Troie tiré dans Troie Tiepolo Gian Domenico

Le cheval de Troie tiré dans Troie
Tiepolo Gian Domenico (1727-1804)

Les Troyens font alors entrer le cheval en abattant une muraille. Les guerriers en sortent à la nuit tombée, ouvrent les portes de la ville à leurs compagnons revenus de Ténédos. Troie est prise, pillée, incendiée, Priam égorgé. Énée parvient à s’enfuir avec son fils et son père Anchise et il ira fonder Rome.

 

Cette guerre mit aux prises les anciennes tribus grecques (les Achéens), apparues en Grèce au deuxième millénaire avant J.C. et les Troyens. Ces tribus guerrières pratiquaient sur mer et le long des côtes la piraterie ; la dernière de leurs expéditions fut l'attaque de la ville de Troie, en Asie Mineure, puissante cité qui, placée non loin du détroit des Dardanelles, s'était enrichie en prélevant des droits sur les marchands qui gagnaient la Mer Noire par voie de terre. Les fouilles effectuées par l'allemand Schliemann au XIXème siècle à Troie ont démontré la richesse de cette ville.

 

« Nous perçons la muraille et ouvrons les remparts de la ville. Tous se mettent à l'oeuvre. Sous les pieds du cheval, on glisse un train de roues; autour de son cou, on tend des cordes de chanvre; la machine fatale franchit les remparts,pleine d'hommes armés. Autour d'elle, des enfants, des jeunes filles chantent des hymnes sacrés, s'amusant à poser les mains sur la corde; la machine monte, et menaçante, pénètre jusqu'au milieu de la ville. Ô patrie, ô Ilion, demeure des dieux ! Et vous, qu'illustra la guerre, remparts des Dardaniens ! Quatre fois, au seuil même de la porte, le monstre s'arrête; quatre fois en son ventre les armes résonnent;et pourtant, nous insistons, inconscients et aveuglés par notre folie; nous installons en notre sainte citadelle ce monstre de malheur. À ce moment aussi, Cassandre ouvre la bouche, dévoilant l'avenir, elle que, par l'ordre d'un dieu, les Troyens n'ont jamais crue. Et nous, malheureux, qui vivions notre dernier jour dans la ville, nous ornons les temples des dieux de feuillages de fête....

Panneau de cassone : le cheval de Troie Giovanni di Ser Giovanni (1406-1480)

VIRGILE, Enéide, 2, 234-249

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires