Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 09:24

C’est au Moyen-Age, qu’Apollinaire connaissait particulièrement bien, que sont nés les premiers «Bestiaires» où ont énumérés les singularités et propriétés des animaux des animaux. Le poète imite le ton énigmatique et les formules archaïques, toutes imprégnées de références latines et grecques.

A chaque animal, réel ou mythique, sont rattachés un symbole, une référence, un écho magique.

Guillaume Apollinaire (1880-1918) - Le Bestiaire

Le lapin

Je connais un autre connin (lapereau)

Que tout vivant je voudrais prendre.

Sa garenne est parme le thym

Des Vallons du pays de Tendre. (Pays imaginaire du sentiment)

Guillaume Apollinaire (1880-1918) - Le Bestiaire

Le chat

Je souhaite dans ma maison :

Une femme ayant sa raison

Un chat passant parmi les livres,

Des amis en toute saison

Sans lesquels je ne peux pas vivre.

Guillaume Apollinaire (1880-1918) - Le Bestiaire

Le lion

O Lion, malheureuse image

Des rois chus lamentablement,

Tu ne nais maintenant qu'en cage

A Hambourg, chez les Allemands.

Guillaume Apollinaire (1880-1918) - Le Bestiaire

Le hibou

Mon pauvre coeur est un hibou

Qu'on cloue, qu'on décloue, qu'on recloue.

De sang, d'ardeur, il est a bout.

Tous qui m'aiment, je les loue.

Guillaume Apollinaire (1880-1918) - Le Bestiaire

La mouche

Nos mouches savent des chansons

Que leur apprirent en Norvège

Les mouches ganiques qui sont

Les divinités de la neige.

Guillaume Apollinaire (1880-1918) - Le Bestiaire

Orphee

La femelle de l'alcyon

L'Amour, les volantes Sirènes,

Savent de mortelles chansons

Dangereuses et humaines.

N'oyez pas ces oiseaux maudits,

Mais les Anges du Paradis.

Les navigateurs, entendant chanter la femelle de l'alcyon, s'apprêtaient à mourir, sauf toutefois vers la mi-décembre, où ces oiseaux font leurs nids, et l'on pensait qu'alors la mer était calme. Quant à l'amour et quant aux sirènes, ces oiseaux merveilleux chantent si harmonieusement que la vie même de celui qui les écoute n'est pas un prix trop élevé pour payer une telle musique. Note d'Apollinair

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires