Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 10:46
La basilique de Santa Maria della Salute - Baldassare Longhena (1598-1682)

Le chef-d’œuvre de Baldassare Longhena est l’église votive de Santa Maria della Salute dont la première pierre fut posée le 1e avril 1661, non loin de la pointe de la Dogana. L'église ne fut achevée qu’en 1687, cinq ans après sa mort.

La basilique de Santa Maria della Salute - Baldassare Longhena (1598-1682)

Un escalier spectaculaire donne accès à la basilique. Elle est coiffée d’un dôme élevé reposant sur une base octogonale.
Elle ne ressemble à aucun autre édifice religieux élevé jusque-là. La figure du cercle y triomphe. La structure est octogonale avec deux grandes coupoles sur haut tambour au-dessus de l’espace intérieur et du chœur.

La basilique de Santa Maria della Salute - Baldassare Longhena (1598-1682)

La coupole principale couvre le sanctuaire presque entièrement. Elle est gigantesque. Les grands contreforts spiralés sont élégants.
A l’intérieur six chapelles autour de l’espace central. Les motifs du pavement sont en marbres polychromes qui convergent vers un centre formé de cinq roses. Une phrase latine inscrite au centre signifie que l’origine même de Venise lui assure santé et salut.

Paul Morand parle de «volutes déroulées comme des vagues prêtes à crouler.»

La basilique de Santa Maria della Salute - Baldassare Longhena (1598-1682)

Sur la gauche, un retable de Titien : Saint Marc en majesté entouré de Saint Cosme, Saint Damien (les saints protecteurs), de Saint Roch et Saint Sébastien (les saints protecteurs).

Il s'agit là d'une œuvre votive destinée à conjurer la peste, peinte alors qu'une nouvelle épidémie venait de sévir.

La basilique de Santa Maria della Salute - Baldassare Longhena (1598-1682)

Sur la droite, Les Noces de Cana, où Tintoret s’est représenté sous les traits du premier apôtre, situé à gauche.

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires