Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 09:21
La Vierge et l'enfant en majesté avec quatre anges
La Vierge et l'enfant en majesté avec quatre anges

«San Franceso est une vieille église, mal remise à neuf, la plus voisine de la porte par où l’on entre dans la ville.
Sans s’attarder à rien voir, cours au fond de la nef et ne lève les yeux que dans le Choeur. Là, une des plus nobles et plus fortes rencontres que l’Italie ménage à l’amoureux de la peinture, au pèlerin de la beauté...les fresques de Piero della Francesca nous mettent en présence d’un des trois ou quatre plus grands artistes de l’Italie...
Léonard est un poète tout occupé de recherches rationnelles, de secrets, de pratiques et de grimaces intellectuelles. Giotto est un imagier. Léonard de Vinci est un poète. Piero della Francesca est un peintre.

Madonna della Misericordia
Madonna della Misericordia

Piero est un homme qui pense plastiquement, avec une certitude et une puissance égales. Où Masaccio s'efforce et doit recourir à l’éloquence, Piero s’établit avec une tranquille majesté. L’intelligence en lui donne des assises est d’autant plus originale qu’elle est moins chimérique.
Piero della Francesca fait tout ce qu’il veut faire avec supériorité.Son calcul est profond et il ne semble pas calculer.. Il n’affiche rien : son art est une autre nature, aussi loin de l’imitation que du caprice.
Une aisance admirable, une réserve qui donne la parfaite mesure, une possession de soi et de l’objet qui font de ce peintre le plu pur des aristocrates, celui qui est toujours au-dessus de ce qu’il fait, qui suit sa propre loi et ne se soucie en rien d’y ranger»

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires