Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 09:04
La grand' route 1907
La grand' route 1907

Marianne von Werefkin appartient à une famille de l'aristocratie russe.

Elle est née à Tula près de Moscou. Sa mère était peintre d'icônes.

Ses dons inhabituels ayant été reconnus, elle est inscrite par ses parents, à quatorze ans, dans une école de dessin. Elle devient l’élève de d’Ilja Répine, le grand maître de la peinture russe.
Mais cette peinture ne la satisfait pas. Elle rêve d’un art nouveau.

Ville Rouge 1909
Ville Rouge 1909

En 1891, elle noue des relations avec Alexéi Jawlensky âgé de vingt-sept ans. Il exerce sur elle une grande fascination. L'un et l'autre fréquentent l'école privée que dirige le peintre Anton Azbé. Ils y rencontrent, en 1897, Wassili Kandinsky.

Elle avait compris, la leçon de Pont-Aven et les leçons de Van Gogh, des fauves et des Nabis
l’importance de la couleur, qui n’était pas fonction de la lumière ni de l’éclairage des objets.

Les patineurs 1911
Les patineurs 1911

Franz Marc sera frappé par cette révélation. Il écrit :
«Jusqu’à présent tous les éléments de mon art reposaient sur une base organique, moins les couleurs. Mademoiselle Werefkin a récemment dit : presque tous les Allemands commettent l’erreur de confondre la lumière et la couleur, alors que la couleur est quelque chose de bien différent qui , n’a rien à faire avec la lumière, c’est-à-dire avec l’éclairage»

Climat tragique 1910
Climat tragique 1910

«J’aime les choses qui ne sont pas...Je suis insatiable dans la vie de l’abstraction»

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires