Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 08:02

C’est un peintre français, très recherché de son temps.

Puis il est tombé dans l’oubli.

Sa peinture est intimiste et poétique. Souvent des petits formats.

J’aime particulièrement ses natures mortes.

Nature morte à la coupe d’abricots

Rien ne vient rompre la nudité de la petite table.

J’aime la délicatesse du rendu des fruits et des feuilles.

Oeuvre de jeunesse.

Les natures mortes de Lubin Baugin (1610-1663)

Nature morte à l'échiquier, dite aussi des cinq sens

Un jeux complexe

Au centre de clés de la Mandore, (sorte de luth à quatre cordes), les cartes à jouer, la serrure de l'échiquier, les reflets de l’eau, les oeillets, les reflets de l’eau, un jeu d’échec.

Ses couleurs vont du rouge au noir.

J’aime ses «brun-rouge» sur lesquels se détachent le rose gradué des trois fleurs, le brun le vert de la bourse et surtout la croute du pain qui tire vers le jaune-or.

Les natures mortes de Lubin Baugin (1610-1663)

Nature morte aux gaufrettes, dite Le Dessert de Gaufrettes

Chef-d’oeuvre

Trois objets sur une table : un plat de gaufrettes, un verre de vin, une fiasque.

Trois couleurs : Une nappe bleue, des taches jaunes nuancées, et une tache rouge du vin virant vers un grenat presque brun.

L’ensemble est adouci par le gris du plat d’étain et de son ombre portée et par le fond presque noir.

Les natures mortes de Lubin Baugin (1610-1663)

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires