Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 10:33

Il est sans doute l’artiste le plus juvénile et le plus grave du XXe s.

Dès 1920, il se rend à Paris.

Il croise Picasso, Masson, Artaud, Max Jacob, Eluard, Aragon.

Il rencontre aussi Calder en 1928.

D’instinct il décrit non pas ce qu’il voit, ni ce qu’il touche, mais ce qu’il rêve.

Ses toiles naissent d’un rien : éclaboussures, salissures, tracés péremptoires, hiéroglyphes joyeux.

Picasso m’a dit un jour «La création pure, c’est un petit graffiti, un petit geste sur un mur : ça c’est la vraie création»

«C’est pour ça que la première étape est très importante pour moi, c’est la vraie création.

C'est la naissance qui m'intéresse »

La main 1953 - Le voyageur triste 1955
La main 1953 - Le voyageur triste 1955

La main 1953 - Le voyageur triste 1955

Soleil et vent 1962 -

Soleil et vent 1962 -

Bleu, rouge, jaune sont ses couleurs.

Le monde réel se métamorphose en une espèce de théâtre animé d’êtres étranges.

Personnage du soleil rouge II 1950 -

Personnage du soleil rouge II 1950 -

 La sieste 1962 - Personnage et oiseau 1948
 La sieste 1962 - Personnage et oiseau 1948

La sieste 1962 - Personnage et oiseau 1948

A joke

Intérieur hollandais vu par MiróIntérieur hollandais vu par Miró

Intérieur hollandais vu par Miró

Partager cet article

Repost 0
Published by La dilettantelle - dans J'ai vu - lu - entendu
commenter cet article

commentaires